Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 10:14

Ne craignons pas de le dire: les éditorialistes des grands hebdos ont cessé d'analyser la situation de la France pour chercher à faire du sensationnel. C'est le sentiment que j'ai retenu ce matin en entendant la revue du dimanche matin, à 8h30, sur France Inter. Tous, sans exception, font dans la prévision/catastrophe, décrivent un climat insurrectionnel à partir des mouvements de protestation ayant marqué, sur des terrains divers, la semaine qui vient de se terminer.

Et de citer, en appui de leurs affirmations, les mauvais sondages pour le pouvoir, le mécontentement ambiant mais diffus, le souhait, majoritaire nous dit-on, de voir arriver de nouvelles personnalités aux affaires...Mais les contradictions apparaissent en nombre. Ainsi, en dépit de l'appui que leur apporte, souvent sans discernement, la presse grande et petite, toutes les grèves et manifestations sont des échecs. On critique beaucoup, mais on ne parvient pas à mobiliser. Ni dans les écoles, ni chez les routiers, ni dans le monde agricole. Les rédacteurs en chef envoient des jeunes reporters, sur tous les terrains où l'on parle politique, pour faire dire à des militants de gauche leur mécontentement contre ceux qui les dirigent. Il s'agit de justifier un credo désormais établi: "Hollande mis en cause dans son propre camp!". Les pauvres stagiaires reviennent en général bredouilles ou, au mieux, avec un Malek Boutih dans la besace...

Bien entendu la situation globale n'est pas réjouissante. Que faire alors? En tout cas ne pas suivre les conseils de nos éditorialistes les plus en vue. Pour vendre leur revue (et la pub qui va avec), il sont prêts à tout et à n'importe quoi. Rien, par exemple, n'exprime une disposition en faveur de l'unité nationale, ou d'un gouvernement avec des centristes fantomatiques. Un ancien directeur de "Esprit" va jusqu'à conseiller à Hollande de nommer Sarko à Matignon. L'incendiaire multi-récidiviste à la tête du corps des pompiers?!

En vérité, le seul choix qui s'impose est celui du travail dans la concertation. sans rien concéder à la démagogie, sans précipiter les choix nécessaires, sans se laisser distraire par les mauvais conseilleurs.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens