Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 17:29

Si sa première visite à un pays étranger par Mandela libéré (février 1990) fut l'Algérie (pays qui n'avait jamais marchandé son appui tant civil que militaire à l'ANC depuis son indépendance en 62), il ne tarde pas à se rendre à New-York. Harlem et, naturellement Assemblée générale de l'ONU qui lui fait un triomphe.

J'étais l'un des privilégiés du comité d'accueil. Après sa prise de parole, dans l'arrière-scène, il y avait du beau monde. Noirs (même le boxeur Tyson) ou blancs (comme Jane Fonda). Par la force des choses les échanges furent brefs et plutôt protocolaires. Avant que Cubains et Algériens ne le traînent pour une réunion plus discrète. Mandela précisa alors en quelques mots les raisons de sa position. Non, il ne s'était pas converti lui, l'ancien chef de la branche militaire de l'ANC, en bon nègre accommodant. Il voulait contribuer à bâtir une nation nouvelle, dans toute sa complexité (30% de non-noirs), et non détruire l'une des clés sur lesquelles reposerait la prospérité à venir. Réconcilier c'était le réalisme, seule voie ouverte sur l'Histoire. Il poserait la première pierre. Le peuple savait que le processus serait long et complexe.

Sans donner de nom, le contre-modèle était Robert Mugabe, maître absolu du Zimbabwe, ancienne Rhodésie du Sud. Par souci de rester fidèle à son message de combattant, il avait chassé les blancs, distribué leurs propriétés en petites parcelles improductives, donné les pleins pouvoirs, tant civils que militaires, aux dirigeants de son parti.

Résultat: un désastre économique et social monstrueux, un régime autoritaire, une marginalisation internationale. Un vieil homme et son groupe s'accrochant à leur statut privilégié.

Madiba ne voulait pas de cela. La République d'Afrique du Sud nouvelle se construirait avec tous ceux qui y habitaient. Toute tentative d'accélération du processus serait artificiel et nocif. Pour lui, le choix était clair. S'imposait sans aucun doute.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens