Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 10:58

Berlusconi a tenu, des années durant, en jouant de la menace d'instabilité pour réaliser, cyniquement, ses propres affaires. Et pour peser lourdement sur la vie politique de l'Italie. Le déplacer hors du jeu prit beaucoup de temps et obligea les politiciens de tout bord à des contorsions plus tortueuses encore que les habituelles.

L'habileté du président de la République, Giorgio Napolitano, fut déterminante pour se débarrasser de Berlusconi et pour trouver la formule magique réunissant une improbable majorité autour du 'démocrate' Enrico Letta (symbole des ambigüités de la vie politique italienne, l'oncle du nouveau président du Conseil, Gianni Letta, est l'homme de confiance de Berlusconi). Tout le monde paraissait satisfait de l'avènement de professeur Letta. A commencer par les partenaires européens de Rome exaspérés par l'instabilité chronique affectant un grand pays fondateur. L'Italie, ce n'est pas rien...

On croyait le gouvernement Letta appelé à durer. C'était sans compter sur la prodigieuse ambition de Matteo Renzi, jeune maire de Florence, et membre, comme Letta, du Parti Démocrate*. Les manoeuvres de Renzi viennent d'aboutir: le chef du gouvernement a présenté hier sa démission au Président Napolitano. Lequel n'interviendra pas, cette fois, de guerre lasse, pour aider la PD à régler ses problèmes internes que les jeux florentins de Renzi rendent encore plus inextricables.

Mais Napolitano n'est pas le seul à être excédé. La Commission européenne vient de mettre en demeure les Italiens de réaliser de toute urgence les réformes propres à assurer la stabilité gouvernementale.

Mais c'est déjà mal parti: les lois votées ont été jugées anti-constitutionnelles et les prochaines élections anticipées ne régleront donc pas le problème de fond. Un homme compte pourtant tirer avantage de l'imbroglio parlementaire qui se profile de nouveau. Le maire florentin Renzi...Socialiste à l'origine, il se voit bien en une sorte de Berlusconi de gauche. Rassurante perspective!

Antoine Blanca

* Le Parti Démocrate est né de l'écroulement de tous les partis italiens, à commencer par les deux puissances que furent la Démocratie Chrétienne et le PC. Le nouveau venu, le PD, a amalgamé tant bien que mal hommes politiques de gauche et du centre. Une grande force. En apparence seulement...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens