Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 10:39

Héritiers légitimes de la pensée de Jean Jaurès, les socialistes devraient se réjouir de voir leurs camarades communistes célébrer aussi son souvenir. Celui du centenaire de son assassinat et celui des 110 ans de la fondation, en 1904, du "journal socialiste quotidien" par le député du Tarn. Tel n'est pas le cas et je vais tenter de préciser les raisons de leur désagrément.

En premier lieu parce que, même si Jaurès n'a pas connu la scission du Congrès de Tours (derniers jours de 1920), et sans vouloir faire parler les morts, nous avons la certitude absolue que ce martyr "mort à l'avant des armées" le 31 juillet 1914*, aurait vivement condamné les 21 conditions imposées par le communisme international à tous ceux qui voulaient le rejoindre; comme il aurait approuvé mot pour mot le discours prononcé par Léon Blum, à Tours, au nom de la SFIO maintenue.

Le journal "l'Humanité" a tous les droits de saluer la mémoire de Jaurès, mais pas celui de se réclamer de la continuité de la ligne éditoriale de son fondateur. Rappelons simplement que dans son premier article, l'auteur de "l'Armée nouvelle" fixait deux règles: 1) la recherche d'information étendue et exacte pour donner à toutes les intelligences libres le moyen de comprendre et de juger elles-mêmes les événements du monde; 2) l'indépendance financière. Devenu maître du quotidien, le PCF oublia l'une et l'autre.

"L'Huma" était tombé, comme tous les autres biens du Parti socialiste SFIO, en toute légalité, entre les mains des majoritaires du Congrès de Tours. L'un d'eux, Marcel Cachin, était d'ailleurs depuis 1918 directeur du journal, où il avait succédé au jauressien Renaudel. Mais un acte notarié n'achète pas aussi la pensée politique du fondateur.

Le PCF a toujours entretenu dans le Tarn, département dont Jaurès était l'élu et où il était né (à Castres), la légende que le grand humaniste aurait choisi de se plier aux 21 conditions de l'Internationale communiste. Une simple consultation de l'édition française du 'dictionnaire socialiste', publié sous l'oeil vigilant du Komintern, devrait suffire à trancher la question: au chapitre qui nous intéresse on peut lire cette définition lapidaire: "Jean Jaurès, socialiste de droite".

Dont acte...

Antoine Blanca

* Villain, assassin de Jaurès, fut condamné mais, curiosité de la justice de l'époque, très vite libéré. Il se réfugia en Espagne, dans l'une des îles Baléares. Si ces dernières tombèrent entre les mains des franquistes, les républicains eurent le temps, en 1936, d'arrêter le personnage. Et de le fusiller.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens