Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 11:38

La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a hérité de Lula, son ami, camarade de parti* et prédécesseur, de projets aussi ambitieux que la Coupe du Monde de foot l'été prochain (là-bas ce sera l'hiver), et des Jeux Olympiques en 2016. Nul doute: Lula a bénéficié de l'effet d'annonce, les Brésiliens ayant à l'époque applaudi à ce double succès patriotique...Il revient à Dilma, de payer l'addition. Laquelle dépasse, bien entendu, l'inflation chronique et la corruption aidant, toutes les prévisions.

J'ai entendu un vice-président du CIO se plaindre d'avoir à traiter avec trois interlocuteurs pour les Jeux**: l'Etat fédéral à Brasilia, l'Etat de Rio de Janeiro et la municipalité carioca, surnom donné à l'ancienne capitale et à ses habitants. Mais le gouvernement a surtout des soucis avec ceux qui, du jour au lendemain, se sont mis à contester ce qu'ils acclamaient hier. La presse nationale et internationale a amplifié l'écho des protestations.

Tout le monde se met à donner des leçons. Elles sont de deux sortes. Les unes ont un caractère nostalgique: ainsi la modernisation du stade historique de Maracana est critiquée par de doctes journalistes qui considèrent que les Brésiliens n'ont pas besoin d'installations aussi sophistiquées, eux qui préfèrent jouer pieds nus sur les sables des plages. Je trouve que de telles analyses sont à la limite de l'insulte.

Les autres donneurs de leçon s'en prennent au côté social et économique des rénovations. D'une part on a dû augmenter le prix des entrées. Au détriment donc des supporteurs les plus humbles. D'autre part ces travaux gigantesques (on a dû aussi agrandir des stades dans des villes provinciales moyennes qui n'ont pas d'équipe en première division), vont alourdir la dette du grand pays sud-américain.

Tout cela comporte sa part de vérité. Mais c'est oublier que le puissant Brésil est la nation de l'optimisme indestructible. Et que, loin d'oublier le social, les gouvernements Lula et Dilma ont réduit de 70% le taux de pauvreté, amélioré de manière spectaculaire l'accès au logement, pacifié la plupart des favelas, et combattu énergiquement la corruption tant civile que militaire. Reste que le gouvernement fédéral, central, n'est pas maître de tout. C'est le cas des 26 états (et un district fédéral), des grandes villes et même du Parlement où l'exécutif a des alliés confus, voire troubles. Moi, je voterais pour Dilma Rousseff à la présidentielle de 2015, et demanderais aux journalistes français d'être à la fois mieux instruits des réalités brésiliennes et plus équilibrés dans leurs jugements.

Antoine Blanca

* Le Parti des Travailleurs, créé par Luiz da Silva Lula, à partir du grand syndicat de métallurgistes qu'il dirigeait à Sao Paulo. Il est désormais au pouvoir à Brasilia depuis 11 ans, mais n'a pas de majorité parlementaire.
** Les JO sont concentrés dans une ville, pas dans un pays comme l'est le 'mondial' de foot. En 2016 tout se passera à Rio.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens