Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 17:20

Dans les années qui suivirent le triomphe de la Révolution cubaine, dans les années 60 et 70, la gauche latino s'était radicalisée. La conviction que l'action volontariste, violente, d'une minorité armée pouvait imposer son idéologie s'était répandue, surtout dans les universités. Mais Fidel cessa rapidement d'impliquer, directement, son pays dans ce mouvement continental quand il devint clair que la guérilla n'avait aucune chance au Venezuela, clé de voûte potentielle d'un nouveau cours. Il apporta néanmoins une aide logistique à Ché Guevara dans son aventure africaine comme dans sa tentative tragique bolivienne. En 1967 une étape se ferma avec la mort du héros argentin. Les nouveaux guérilléros, à l'image de ceux du Brésil, d'Uruguay ou d'Argentine provenaient d'une jeunesse citadine et utilisaient l'attentat, individuel ou collectif, ciblé. La Havane sympathisait avec tout ce monde, comme avec l'Unité Populaire chilienne. Mais ne donnait, aux uns comme aux autres, la moindre chance de succès, préférant concentrer sa solidarité active dans la sous-région caraïbe.

Dans les années 80, avec la fin des dictatures militaires et le retrait du premier plan de la scène sud-américaine des "services" de Washington, la gauche démocratique, à l'européenne, de style social-démocrate, n'a cessé de prospérer. En Equateur, comme en Bolivie, des mouvements spécifiques conduisent une politique de changement social. Retenons ce qui est essentiel: du Rio Grande à la Terre de Feu la parole des électeurs dans le secret de l'isoloir fait seule la loi, même si l'on peut exprimer, ici ou là, un certain degré de réserve sur cette appréciation générale...

C'est une manière de révolution pacifique.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens