Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 10:04

Un colloque organisé par l'association "Amis de Pierre Mauroy" a réussi le tour de force de faire revivre l'ancien Premier Ministre, sa parole, sa démarche, sa manière de vivre son engagement. Sans fausse note. En quittant l'enceinte de la réunion, perdu dans des souvenirs que je venais de revivre, je me suis dit que, s'il y devait y avoir une conclusion synthétisant ce qui avait été dit, elle serait :"ch' gran Piaarrr" était un authentique disciple de Jaurès au pays de Jules Guesde. Il illustrait, dans la parole et l'action, la phrase le plus souvent citée du grand Tarnais "il faut aller à l'idéal et comprendre le réel"*.

Martine Aubry devrait savoir que communier avec l'homme qui lui avait transmis le flambeau dans la capitale du Nord ce n'est pas seulement donner son nom à un magnifique stade. C'est aussi s'inspirer de son comportement au sein de la famille socialiste. Et Mauroy, par exemple, n'aurait jamais utilisé la méthode des petites phrases assassines contre les camarades en charge du pouvoir. A la SFIO il a été en désaccord avec son chef (Guy Mollet), et l'a démontré en construisant une politique alternative... laquelle a fini par déboucher, après avoir dû vaincre plusieurs obstacles, au parti né à Epinay. Sans pour autant prendre à témoin l'opinion publique. Son dialogue avec Mitterrand, avant comme après 1981, a parfois été musclé. Certains pariaient même sur une rupture entre les deux hommes. Mais l'un et l'autre étaient jauressiens, chacun à sa manière. Ils surent toujours faire ensemble la synthèse entre l'idéal et le réel, en sacrifiant ce qui était personnel à l'intérêt collectif.

Aujourd'hui le réel est très dur pour ceux qui sont en charge de gouverner le pays. Chaque corporation a des arguments justifiés pour demander une augmentation de son budget. Mais au même moment une agence de notation (Fitch), nous pénalise, tandis que Mme Merkel et la Commission nous engueulent, dénoncent notre supposé manque de rigueur. On peut, au nom de l'idéal, s'enfermer dans les certitudes de la théorie, et défier le monde entier acquis, lui, à la pensée libérale. Mais le vrai courage c'est de chercher la dure vérité, et de la dire: prendre en compte le réel en l'affrontant dans le quotidien.

Ce que font Hollande et Valls. Il faut les soutenir dût-on, en cas de désaccord, proposer d'autres solutions en murmurant à leur oreille. Martine et ses semblables savent bien qu'ils seront écoutés. Sinon forcément entendus.

Antoine Blanca

* les citations de Jaurès le plus souvent choisies sont extraites de ce que, plus tard, on appela "discours à la jeunesse". En vérité, s'il l'était sans le savoir, Jaurès n'était pas encore formellement socialiste. La référence est le 'discours d'usage' que le professeur Jaurès, agrégé de lettres, fut chargé de prononcer à l'occasion de la remise des prix aux élèves distingués en fin d'année au Lycée d'Albi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens