Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 10:53

Le destin de Haïti et de son peuple est pathétique. Un passé combattant et libérateur glorieux. Un présent misérable de pays détruit par la nature et par les hommes.

Rappelons rapidement les faits: au début du XIXe siècle, insurrection massive des esclaves. Le peuple noir se donne une armée et des chefs comme Toussaint Louverture, qui gagne la guerre contre notre corps expéditionnaire. Bonaparte abroge pourtant le décret révolutionnaire qui abolissait l'esclavage au nom de la liberté, de l'égalité et de la fraternité. Sous l'influence, sans doute, de Joséphine, fille de gros colons des Antilles. Tournant le dos à son jacobinisme de jeune officier, il se comporte en monarque rétablissant les privilèges.

Depuis la France et Haïti traînent une relation équivoque, bâtie souvent sur l'ignorance de la part de l'ancienne métropole. Haïti a été le premier pays latino à proclamer son indépendance les armes à la main. Au nom des idéaux de 1789. Fait historique, chargé de symbole, la jeune république accueillit, en 1804, un Simon Bolivar poursuivi par les Espagnols.

Aujourd'hui nous connaissons surtout les côtés les plus sombres de son histoire récente: la longue tyrannie exercée par François Duvallier et ses "tontons-macoutes"; la destruction progressive de son agriculture par l'érosion des terres arables due à l'utilisation du charbon de bois pour combustible unique. Dans ce pays de collines autrefois verdoyantes, il n'y a plus qu'un paysage aride. Le limon est parti dans les rivières, et de là, dans la mer. L'orgueilleuse république est désormais dépendante des agences de l'ONU et des ONG. Et de la douteuse protection des dieux vaudous.

La dette de la France? Elle est historique et résulte d'un misérable abus de pouvoir. Au temps de la Restauration (en 1825), pressés par les anciens colons, les royalistes soumirent la république noire au chantage suivant: ou vous nous payez une compensation de 150 millions de francs, ou nous envoyons un corps expéditionnaire récupérer 'nos propriétés' et rétablir l'esclavage. Le deal dut être accepté et son paiement fut étalé sur 5 ans. En euros ces 150 millions équivaudraient à 18 milliards au change actuel. Même si la France moderne reconnaît une dette morale (Hollande dixit) il n'est pas question de rembourser une telle somme à deux siècles de distance. Mais, au-delà du noble, et sincère discours de notre président, il est impératif de consolider une relation politique et économique fraternelle avec un pays forgé au feu des idéaux de la Révolution française.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens