Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 10:57

La presse tente de défaire les noeuds de la confusion née des derniers résultats en Espagne et des difficultés du gouvernement Tsipras en Grèce.

Les indignés de Podemos (de gauche en principe), de Ciudadanos (issus du centre libéral catalan), sont nés d'un rejet des grands partis traditionnels. En Grèce, au contraire, Syriza se situe dans un contexte de rénovation des partis communistes et de connotation marxiste implantés depuis la fin de la dernière guerre dans le pays des Hellènes (jusqu'ici marginalisés par un PASOK conquérant).

Syriza est soumis à l'épreuve du pouvoir depuis plusieurs mois. Son sympathique, rayonnant leader, un ancien du PC, voit se creuser, le temps passant, le fossé entre ses revendications (justifiées dans leur principe) et la réalité de l'environnement économique et financier international. Mais leur pratique idéologique, la formation de leurs ministres, les a conduits à négocier avec les partenaires européens et avec les institutions financières mondiales. L'intransigeance sera abandonnée.

En Espagne les clones du mouvement hétérodoxe des "indignés", faute de véritable fonds commun idéologique, n'ont d'autre option, dans la réalité de l'après élections municipales et des communautés autonomes, que de refuser pactes et négociations. On ne cède sur rien. A Madrid ou Barcelone, ne disposant pas de majorité absolue, leur victoire du "1er" tour peut se transformer en défaite. La démocratie représentative est à ce prix: ou on obtient la majorité absolue ou on négocie avec ceux qui apportent le complément indispensable.

Pour les municipalités la loi exige que le 13 juin (jour de mon 'saint patron St Antoine de Padoue'), si les groupes politiques ne se sont pas accordés sur un nom de maire ou de mairesse, c'est la tête de liste du parti placé en tête par le suffrage universel qui s'installe. Samedi en huit, donc, la victoire de l'opposition de gauche et de centre gauche peut se transformer en échec dans nombre de villes et bourgs. Les 'indignés' pourront certes continuer à exprimer leur colère. Sur les places, dans les rues, puis...dans leur salle à manger.

Le choix leur appartient. Gare donc aux lendemains qui déchantent...

Antoine Blanca

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens