Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 10:25

Il est aventureux de qualifier tous les groupes récemment entrés dans l'arène politique en Europe, type les "Podemos" qui fleurissent, sous diverses appellations locales, dans le territoire espagnol, de 'gauche radicale'. Cette dernière s'est organisée depuis longtemps autour de l'IU (Gauche unie) et comprend le PC (et toute son histoire), des progressistes chrétiens ou indépendants et, de fait, les Commissions ouvrières, l'importante centrale syndicale née dans la clandestinité au temps du franquisme. La semaine dernière, le populaire porte-parole de PODEMOS, Pablo Iglesias dit queue de cheval, s'est fait envoyer sur les roses, sans trop de manières par le leader d'IU à qui il était venu demander de se joindre à lui.

Non, si le nouveau conglomérat d'Iglesias est de sensibilité de gauche, il ne s'est pas radicalisé pour autant et en aucun cas une rupture avec l'Europe et avec l'euro n'est envisagé. C'est une gauche qui se veut moderne, en rupture avec les dérives de certains politiciens de droite (dans la Communauté valencienne la corruption à tous les niveaux était devenue un scandale majeur) et dans le fief socialiste de l'Andalousie son leader historique, aujourd'hui écarté par le PSOE, a des soucis avec la justice.

L'homonyme du fondateur du PSOE et de l'UGT veut faire de la politique autrement, moderniser sa démarche, se défaire des politicards et mettre l'imagination au pouvoir. Après avoir été embrasser Tsipras, lors de sa victoire électorale, Iglesias vient de prendre clairement ses distances avec le conglomérat Syriza. Et, marquant son désir de contribuer à la vie démocratique, il a conclu de nombreux accords locaux et régionaux avec les socialistes permettant à ces derniers de reprendre des parlements régionaux, dont la riche Generalitat de Valence.

Prochaines échéances espagnoles: renouvellement du parlement autonome de Catalogne (dernier dimanche de septembre) et élections des Cortés avant Noël. A Barcelone tout se passera entre les différents courants souverainistes et pour les législatives générales on note que l'ancien président Aznar vient de déclarer la guerre à son successeur Rajoy, ce qui pourrait confirmer le diagnostic:la défaite de la droite en décembre.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens