Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 09:57

On ne se sera pleinement réjoui qu'un bref instant de la décision turque de jouer, enfin, un rôle actif dans la coalition anti DAESH: l'annonce de frapper les Kurdes, dans le même mouvement, a vite douché notre espoir de voir clair dans la stratégie du président Erdogan. Frapper l'Etat islamique est dans la logique des alliances conclues par Ankara (membre de l'OTAN) avec les Occidentaux et ses propres voisins. Surtout après l'attentat meurtrier revendiqué par les djihadistes (38 morts, civils, Turcs). En revanche envoyer parallèlement leurs F16 bombarder les combattants peshmergas ne correspond en rien à la guerre menée contre la barbarie. Ces derniers sont à nos yeux les héros qui surent arrêter l'offensive des forces terroristes quand l'armée régulière irakienne fuyait en débandade devant les envahisseurs.

L'explication à cette attitude doit être cherchée dans la politique intérieure d'Ankara. Cruellement battu aux dernières législatives, en partie du fait du réveil démocratique des minorités ethniques et culturelles, le conservateur religieux Erdogan joue la carte de la confusion: on frappe enfin les forces du "califat", mais on en profite pour rouvrir les hostilités avec la gauche kurde (PKK) avec laquelle une négociation de paix a été, un moment, sur le point d'aboutir.

Un message est ainsi transmis aux occidentaux: si nous nous voyons contraints de combattre avec vigueur nos ennemis communs, ce n'est pas pour autant que nous renonçons à mener bataille sur le front interne, en vue de conforter, jusqu'à la dictature si besoin, le pouvoir autoritaire de notre chef conservateur-islamiste, Tayyip Erdogan.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens