Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 11:52

La bourgeoisie brésilienne ( la droite en général), a jugé que le moment était venu d'avoir la peau de la présidente Dilma Rousseff en devançant les échéances électorales qui donnent encore 3 ans (au moins) au gouvernement du Parti des travailleurs. La grande presse, qu'elle contrôle presque entièrement, relaye avec enthousiasme un vaste mouvement citadin qui exploite le passage à vide de l'économie après des décennies de forte croissance. Mais aussi le mécontentement populaire dû, par exemple, au coût du championnats du monde de foot, malaise accentué par l'humiliante défaite de la seleçao face à l'Allemagne.

"Dilma dehors!" crient les manifestants qui paraissent avoir, soudain, la révélation de la corruption, mal endémique dont les gouvernements de gauche successifs ne sont pas parvenus à débarrasser cet immense pays. Dès sa première élection, Dilma avait entrepris de nettoyer les écuries d'Augias qui infectent la société brésilienne, tant civile que militaire. Mais deux obstacles majeurs entravent les efforts du pouvoir fédéral: a) la nécessité incontournable de subir des alliances parlementaires avec les caciques du vieux PMDB, faute de majorité propre au PT; b) le caractère fédéral des institutions qui donnent aux 26 Etats composant la République fédérative une autonomie semblable à celle de leurs homologues étatsuniens.

Personne ne peut contester l'intégrité et le patriotisme de la présidente. Pas plus d'ailleurs que sa compétence de dirigeante. Les manifestations actuelles qui réunissent, à travers le pays (47% du sud du continent), entre 800.000 et 2 millions de personnes visent à un renversement anti-constitutionnel du gouvernement de Brasilia. Il faut le savoir pour ne témoigner aucune indulgence à ce type de vaste conspiration politique.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens