Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 16:55

La Grèce aura bientôt une dette extérieure représentant 200% de son PIB annuel. Les députés minoritaires de la coalition Syriza, ceux qui se considèrent comme étant le plus à gauche, ont voté contre les propositions du gouvernement que dirige leur leader, Alexis Tsipras. Ils l'accusent d'avoir cédé aux pressions de la Commission européenne. En gros, de la puissante Allemagne dont le ministre des finances a été le plus dur dans les négociations qui ont abouti à un nouveau plan d'aide à la Grèce de 86 milliards d'euros. Athènes a dû accepter de nouvelles exigences qui, à terme, pénaliseront une population déjà durement éprouvée. Bien que, cette fois, ce devraient être les contribuables les plus riches (à l'exception de l'Eglise orthodoxe nationale), du moins les plus aisés, qui seraient touchés.

Je suis certain que Tsipras, appuyé par les 3/4 des parlementaires (ce qui est remarquable) de son groupe, n'a pas pris sa décision de gaîté de coeur. Mais l'histoire reconnaîtra son courage et, pourquoi ne pas le dire, son patriotisme. S'il avait choisi, comme le lui demandent ses amis minoritaires, le chemin de la rupture avec l'Europe, c'est à dire, en fait, avec le monde, il aurait jeté son pays du haut d'un précipice. D'ailleurs l'aile extrême de Syriza le sent bien qui parle beaucoup de "fidélité à un programme", mais se garde bien de proposer, à la lumière des récents débats, une voie différente susceptible de sortir le pays de l'abîme dans lequel les majorités successives précédentes l'ont plongé.

J'ai pour ma part la certitude que la majorité du peuple grec approuve, avec douleur sans doute, le choix courageux d'un leader qui a décidé de faire front à l'adversité. Parce qu'il aime son vieux pays. Et ses gens.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens