Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 17:02

Aujourd'hui, la partie de la grande presse qui daigne encore évoquer la situation en Grèce, titre sur le thème: "Tsipras entre dans l'austérité à contre-coeur". Comme s'il était concevable de pratiquer une telle politique dans la joie et l'enthousiasme! Le leader de gauche (que l'on qualifie de radicale) aura en vérité, tout tenté pour ne pas avoir à demander au peuple de continuer à se serrer gravement la ceinture: jamais les citoyens du pays d'Aristote n'auront autant de fois été appelés aux urnes, que ce soit pour des législatives ou pour un référendum. Au point de les lasser, prétend-on, comme si c'était là leur principal motif de lassitude...

Tsipras s'est résigné à affronter la dure réalité. Certes ce ne sont ni lui, ni la coalition Syriza qui sont directement responsables du désastre. Mais quand on prétend diriger un Etat (et ils se sont portés candidats pour le faire), on ne peut qu'accepter le passif autant que l'actif. Sauf à faire la révolution léniniste...En bon marxiste le chef du gouvernement sait depuis le début que, comme on disait au bon vieux temps, que "les conditions pour la conduire ne sont pas réunies".

Je n'ai jamais écrit, contrairement à ce que certains de mes lecteurs ont compris, que Tsipras était devenu "social-démocrate". Mais, quels que soient ses sentiments intimes, le chemin réformiste s'est imposé à lui, comme l'unique. Et sans choix alternatif possible. Il va donc s'efforcer de faire porter les sacrifices sur les plus riches, en épargnant les plus faibles. Mais il est des limites à cela dans la société libérale qui domine le monde. Il n'est pas (encore?) question, toutefois, de toucher aux monstrueux privilèges dont jouit l'église, de proclamer la laïcité de l'école et de l'Etat, de diminuer significativement le budget militaire, toujours disproportionné quand on connaît la situation des finances du pays...On est vraiment dans la logique réaliste à tous égards. Et on a choisi de s'allier à la droite nationaliste, plutôt qu'au PASOK des Papandréou...

Mais la politique grecque va continuer d'être dominée par une figure charismatique. Et, sur ce point, avec plus de résignation que d'enthousiasme, on a fait entrer Tsipras au Panthéon de la politique.

Avec, à mon sens, beaucoup de sagesse...

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

DELANNOY 17/10/2015 19:37

L'hyperlibéralisme , le capitalisme financier, nous conduisent vers le chaos et il y a de quoi être inquiet pour la nouvelle génération, partout de par le monde.D'ailleurs, l'alternative n'est plus possible "objectivement", pour reprendre un qualificatif marxiste.Et inégalités croissantes, misère et guerres atroces seront la loi de ce "capitalisme devenu fou", selon une juste expression de ROCARD. Porte toi bien, Antoine, et amitiés.

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens