Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 11:03

La presse européenne*, la nôtre en premier lieu, a fait étalage de son ignorance s'agissant des dernières élections en Argentine. La victoire ajustée de Mauricio Macri** est présentée comme le triomphe de la droite la plus libérale. Ce qui est très réducteur. Je dirais, quant à moi, que la coalition, très large, incluant les radicaux de feu Raùl Alfonsin, composée de citoyens qui en avaient assez d'un système néo-péroniste ayant mis le pays en faillite, la emporté sur la continuité: 12 ans de kirchnérisme, cela suffit!. Plus que Macri, c'est le ras-le-bol qui l'a emporté... Encore faut-il, désormais, pouvoir gouverner.

Or, faute de majorité, tant au Congrès (députés), qu'au Sénat, le nouveau président (il entrera en fonction le 10 décembre), devra négocier chaque projet de loi avec l'opposition. Et ce ne sera pas chose aisée face à un bloc péroniste revanchard et peu enclin au dialogue. Néstor Kirchner, puis sa veuve, Cristina Fernàndez, ont gouverné dans la tradition péroniste, truffant l'administration de leurs partisans (le nombre de fonctionnaires fédéraux a augmenté de 46% en 10 ans), instaurant un protectionnisme opportuniste dans les échanges commerciaux, dévaluant la monnaie (un conflit de taille va opposer Macri au patron péroniste de la banque centrale), masquant ou truquant sans vergogne les statistiques indépendantes sur les monstrueux déficits budgétaires, le taux de pauvreté de 21,6%, la pratique du travail au noir, 34%, la balance commerciale en berne...Tous les voyants sont au rouge et le nouveau pouvoir ne disposera pas des moyens législatifs nécessaires à l'adoption des réformes promises.

Je ne suis pas de nature pessimiste, mais je tenais à mieux éclairer mes lecteurs sur les réalités que la grande presse se complait à ignorer.

Antoine Blanca

* Le correspondant du madrilène EL PAIS est le seul, avec une partie de la presse britannique, à avoir fait une analyse sérieuse des résultats des élections en Argentine.
** Le nouveau président estimait que, pour avoir la capacité de réformer, il devait bénéficier d'une différence de voix de 10% sur son adversaire. Il n'a eu que 51,6%. Mauricio Macri était la principale figure de l'opposition. Longtemps maire de la capitale fédérale, il était parvenu à diriger la populaire équipe de foot de Boca Juniors. Visant la présidence du pays il avait négocié avec pertinence l'appui du plus ancien parti du pays, l'UCR social-démocrate, celui de Raùl Alfonsin. Mais alors qu'il avait gagné la province de Buenos-Aires en battant les péronistes dans leur principal bastion (le 26 octobre), il y a perdu, cette fois sa fugace majorité.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens