Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 11:46

J'ai entendu dire et écrire bien de sottises à propos de la récente conférence sur les Droits de l'Homme connue comme Durban 2 (elle a pourtant été célébrée à Genève). Des journalistes et des hommes politiques sont allés jusqu'à proposer que les dirigeants de certains pays, dont les régimes sont notoirement dictatoriaux et irrespectueux des droits fondamentaux des personnes, soient écatés de certains débats internationaux. Exemples cités: Ahmadinejad et Kadhafi. Liste non limitative...

Or les deux principes essentiels sur lesquels a été fondée l'ONU au lendemain de la deuxième guerre mondiale sont:
l'égalité absolue entre les Etats membres et la non intervention dans les affaires intérieures d'un pays (sauf quand l'Assemblée générale ou le Conseil de Sécurité décide qu'il y a menace sur la paiix et la sécurité). Par conséquent rien ne pouvait s'opposer à la désignation du Président iranien pour qu'il ouvre les débats de la conférence et prononce le premier discours. Le respect des mêmes principes expliquent le rôle protocolaire attibué à Muammar Kadhafi.
Les pays pauvres se défoulent en faisant jouer la loi du nombre qui, à l'Assemblée générale, leur est favorable. Surtout quand il s'agit d'une conférence purement consultative. Sans véritable conséquence autre que médiatique.
En revanche cet avantage des anciens pays colonisés ou soumis par l'un des impérialismes, est compensé par la composition du Conseil de Sécurité et par le droit de véto dont disposent, outre la France, le Royaume Uni, les Etats-Unis, la Chine et la Russie.
Le pouvoir du Conseil est de nature à faire presque toujours pencher la balance en faveur des grandes puissances.
Ces dernières ont beau jeu de proclamer leur esprit d'ouverture en faveur d'un élargissement raisonnable du Conseil, à condition qu'il tienne compte de la géographie. Ells n'ignorent pas que nous ne sommes pas à la veille d'un consensus entre l'Inde, le Japon et l'Indonésie, pour l'Asie; la République sud africaine et le Nigéria pour l'Afrique sub saharienne (pour le continent africain). Sans mentionner les pays de langue arabe du nord de la région, comme l'Egypte.

L'ONU est le centre de compromis permanents. Tous plus insatisfaisants les uns que les autres.
Et tous indispensables.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens