Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 14:15
Les événements de mai 68 n'avaient été ni prévus ni, évidemment, programmés. Les seules organisations qui auraient, à cette époque, pu envisager de déclencher, en le contrôlant, un mouvement de masse susceptible de mettre en péril la société capitaliste étaient alors la CGT et le PCF. La première obéissait aux consignes du PC, lequel était aux ordres de l'Union soviétique. Or Moscou s'accommodait très bien du gaullisme et ne souhaitait encourager aucune "aventure" en France.
Je comprends bien les raisons des jeunes vieillards qui se  remémorent avec nostalgie cette grande fête, ses slogans et ses affiches créatives, les ébats amoureux et les débats philosophiques dont elle favorisait l'épanouissement. Mais politiquement, au bout du compte, quel fut le résultat?
Treize ans ininterrompus de pouvoir absolu de la droite. Avec Pomidou et Giscard succédant à onze années de gaullisme arrogant.
Pour ma part, avec tous les socialistes de la FGDS, j'avais tenté de participer à l'organisation d'une reprise en main. Mais le mouvement nous échappait dramatiquement. Il était évident que nous glissions inéluctablement vers le précipice et que nous ne pouvions nous accrocher à rien. Même la magie du verbe de François Mitterrand, qui tenta son va-tout dans sa conférence de presse de l'Hôtel Continental, ne nous permit pas de nous accrocher aux wagons soixante huitards. En  vérité, sorti du néant, le convoi ne pouvait aller que vers le néant . Où nous allions tous nous enfoncer pour très longtemps, avec lui.
Aujourd'hui seule la droite peut avoir intérêt à un grand éclat de ce type. Mais cette droite sait qu'elle jouerait alors non seulement avec le feu, mais avec un incendie.
Quant à la gauche, elle doit penser élections et marteler un programme de véritable changement.
Comme le PC n'est plus que ce qu'il est ; que la CGT cherche à gérer, conflit après conflit, son influence; que l'extrême gauche se limite, avec un certain succès de circonstance, à tabler sur la bonne mine du facteur de Neuilly, il n'y a que le PS pour préparer l'avenir. Bayrou peut avoir des voix à titre personnel, mais il n'a ni parti, ni élus.
Nous, socialistes,  avons une incroyable implantation dans les régions, les départements et les communes. Comme nous sommes la seule force d'opposition parlementaire digne de ce nom.
D'où la responsabilité qui est, collectivementl, la nôtre: ne nous cachons pas cette évidence derrière les vastes plis d'un boubou où les mascarades télévisuelles des plus médiatiques des camarades qui dosent leur adhésion en fonction des événements.
La rue ne peut être que l'une, parmi d'autres, de nos armes. Notre programme et notre capacité à le communiquer aux citoyens en est la principale.
Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens