Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 12:13
Quand le Président Raùl Castro procéda, il y a quelques semaines,  à une importante restructuration au sein du gouvernement et du Conseil d'Etat, toutes sortes de rumeurs commencèrent à circuler. La plus fantaisiste, donc la plus répandue, consistait à émettre l'hypothèse d'une sorte de coup de force du nouveau chef de l'Etat pour affirmer son autorité vis-à-vis de son frère Fidel. Il est vrai que les changements intervenus touchaient directement deux jeunes personnalités du régime dont on louait généralement la compétence et auxquelles on prédisait un avenir radieux: Carlos Lage, Vice-président du Conseil d'Etat, et Felipe Pérez Roque, Ministre des relations extérieures.
On connaît désormais les vraies raisons de cette mise à l'écart.  Il ne s'agit, en fait, ni de querelles de préséance, ni de jalousie au sommet de l'Etat. Un simple remaniement, aussi profond eut-il été, n'aurait pas donné lieu à une violente mise en cause, par Raùl,  de Lage et Pérez Roque en pleine réunion du Bureau politique du PCC, et à un article musclé de Fidel dans le quotidien "Juventud rebelde" ,les qualifiant "d'indignes" et d'ambitieux ayant goûté trop longtemps au "miel du pouvoir".
Nous savons aujourd'hui que tout est venu de l'initiative d'un ami d'enfance de Lage, un jeune chef d'entreprise chargé de représenter à Cuba les intérêts commerciaux d'Euskadi (Pays Basque espagnol, doté d'une large autonomie). L'homme d'affaires cubain, Conrado Hernàndez, recevait régulièrement dans sa maison de campagne (à 60 km de la capitale), les deux personnalités aujourd'hui incriminées. Et (de sa propre initiative?), il décida de filmer les entretiens très décontractés qui se déroulaient entre le maître de maison et ses amis ministres.  Des vidéos qui atterrirent sur le bureau du responsable des "services" auprès de l'Ambassade d'Espagne (rappelé depuis à Madrid pour convenances personnelles alors qu'il était arrivé à La Havane moins d'un an auparavant). Mais elles allaient atterrir aussi chez les militaires cubains chargés du contre-espionnage...
Au cours de ces conversations amicales de fin de repas dominical,  à l'heure du café et du vieux rhum, Lage et Pérez Roque blaguaient à propos de l'âge de Fidel, de ses longues années passées au pouvoir et mettaient en doute les capacités politiques de Raùl, un militaire avant tout. La récente nomination de Machado Ventura comme premier Vice-président du Conseil (Lage convoitait lui-même cette position) était aussi commentée plutôt sévérement.
Trois jours après l'arrestation de Conrado Hernàndez, on annonça que Lage et Pérez Roque étaient "libérés" de leurs hautes fonctions, et que le "diplomate" espagnol était rappelé à Madrid.
Bientôt deux versions des enregistrements, l'une courte (trois heures), l'autre plus étendue (sept heures), commencèrent à être diffusées dans les cercles intimes du pouvoir et du PCC. Parmi eux jaime Crombet, vice-président du Parlement et beau-père de Pérez Roque.
Espagnols et cubains ont souvent, entre eux, des relations confiantes qui dépassent la logique politique pure. Les deux peuples sont très proches par la langue, la culture et une histoire partagée jusqu'en 1898. Même Franco veilla à ce qu'une relation préférentielle existât entre les deux pays dans un certain nombre de domaines, et l'ancien ministre phalangiste, Fraga Iribarne (qui sera président de la région autonome de Galice, celle de Franco et du père des Castro), se mouvait à Cuba comme s'il était chez lui...
En cette circonstance les personnalités cubaines incriminées se sont sans doute laissées bercer par une atmosphère propice à la familiarité des propos.
Ils ne seront donc pas partie aux conversations, annoncées par Obama, qui vont s'ouvrir prochainement avec les autorités désignées par Washington. Eux qui s'étaient longtemps préparés à en être les héros. Beaucoup auront reçu le message: l'heure est sans doute à une certaine détente, à un soupçon de nouvel espoir; mais il ne faut pas, pour autant, baisser la garde.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens