Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 11:17
Les médias sont très discrets sur le sujet et le gouvernement français donne le sentiment de ne s'y intéresser que superficiellement: pourtant, cette année 2009 est celle de "la France au Brésil". Certains des lecteurs de ce Blog ont manifesté leur étonnement ; pourquoi , interrogent -ils,  consacrer tant de place à ces pays, à leurs yeux exotiques et lointains, alors que des choses beaucoup plus importantes se passent en France en particulier, et en Europe en général? Ainsi, Carla a donné une interview à une revue féminine, Sarko est passé par hasard pour se faire caresser le visage, le dos, les fesses et se faire appeler "chouchou"; les parlementaires britanniques ont poussé un peu sur les notes de frais et Elizabeth II n'a pas été conviée aux cérémonies du 6 juin.
Pourquoi s'appesantir, alors que des événements d'une telle dimension se déroulent sur notre Europe, sur les relations économiques, culturelles et politiques que la France pourrait développer avec un pays de 13 millions de kilomètres carrés, riche dans tous les domaines, y compris celui du savoir, et qui insiste lourdement dans ses gestes d'amitié à notre égard? Il y a bien les plages de Copacabana et le Pain de sucre, pour y passer un petit week end, mais nous avons la villa des Bruni au Cap Nègre qui vaut toutes les sambas du monde...
Le rédacteur de ce Blog souhaite, pour sa part, donner un maximum de place aux Amériques latines qui méritent mieux que le regard superficiel que le Président, et avec lui l'immense majorité de nos compatriotes, accordent à ces nations lesquelles, sur beaucoup de points, nous sont si proches.

1-- Le Mexique, par exemple, a fait parler de lui. Négativement. Vacances de super-luxe pour un super-président et sa super-super compagne, guerres des gangs de la drogue qui ont déjà fait des milliers de victimes depuis le début de l'année, grippe porcine malencontreusement appelée un moment "grippe mexicaine". Eh bien, à l'appel de leur président, M. Calderon,dans un mouvement exceptionnel d'unité nationale, les Mexicains artistes, sportifs, hommes politiques, chefs d'entreprise, gens de lettres ,ont mis en chantier des initiatives multiples pour restaurer les valeurs de leur pays aux yeux de la communauté internationale. Laquelle devrait retrouver les chemins des grands sites archéologiques, des villes coloniales au charme désuet, des musées couronnés par l'UNESCO, des interminables plages ouvertes sur l'océan ou sur la mer des Caraïbes.... si la campagne patriotique qui a été mise en marche est couronnée du succès espérée. Pour le moment, en tout cas,les millions de familles qui vivent (ou survivent) directement, ou indirectement, grâce au tourisme vivent un cauchemar,plongées qu'elles sont dans la misère et dans la totale incertitude du lendemain.

2-- Bolivie: deux siècles après le premier appel à lutter pour l'indépendance lancé par l'héroïne nationale, Juana Azurday de Padilla, dans le département de Chuquisaca, l'opposition bolivienne, dans ses bastions électoraux, a refusé de s'unir à Evo Morales et à son gouvernement (issu des urnes), dans les cérémonies  commémoratives. Cette opposition, essentiellement composée de descendants d'européens, tient ainsi à manifester sa totale aversion à l'égard d'un président d'origine aymara et de son parti, le MAS, mouvement vers le socialisme. Cette séparation de fait, sans être nouvelle, ne demeure pas moins préoccupante, les provinces refusant de reconnaître l'autorité du gouvernement central étant les plus riches de la Bolivie.
Les pays membres du MERCOSUR, Brésil et Argentine en tête, pourraient jouer un rôle important dans la recherche d'une solution qui éviterait une fracture que la communauté internationale ne peut tolérer.

3-- Venezuela: la baisse des pris internationaux du pétrole et du gaz  (bénéfices réduits de moitié), a mis à mal l'économie vénézuélienne et bouleversé les programmes d'investissement du Gouvernement du Président Hugo Chavez. Cette situation nouvelle a contribué à donner un intérêt particulier aux entretiens qui se sont tenus à Salvador de Bahia (25 mai) entre les présidents du Brésil et du Venezuela. De très importants projets pourraient ainsi être confiés à des entreprises brésiliennes (agrandissement du métro de Caraca, par exemple), à condition que la BNDES, banque nationale de développement économique et social ,brésilienne, participe à leur financement.
Chavez s'est inquiété aussi des hésitations manifestées par le parlement (Congresso) brésilien à donner son accord à l'entrée de son pays dans  le MERCOSUR;
Enfin Lula a rappelé à son homologue brésilien qu'il compte sur lui pour l'aider à établir de meilleures relations avec les Etats-Unis du Président Obama.
                                                    *
Chaque jour davantage le Brésil s'affirme, avec Lula à sa tête, comme un facteur essentiel à la préservation de la paix et de la stabilité en Amérique du sud. D'où l'attention portée par les observateurs à la préparation des prochaines élections. En principe, sauf changement de la Constitution, sans la participation personnelle de Lula.

Antoine Blanca


   

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens