Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 11:31
Au lendemain de la Libération une série de dispositions législatives avaient été adoptées pour que soient garanties et la diversité de la presse et l'indépendance des journalistes. On devait désormais être à l'abri des puissances de l'argent. Peu à peu ces dispositifs ont été contournés. Avant d'être détruits. Les progrès technologiques ont bénéficié essentiellement aux milieux d'affaires. La presse politique d'opinion a disparu, du moins celle qui exprimait des opinions progressistes. Hersant a été le premier à se constituer un empire. Les quotidiens régionaux ont vu leur nombre se réduire au point que, le plus souvent, il n'existe plus qu'un  seul quotidien  pour couvrir plusieurs départements. Les radios dites périphériques se sont appropriées une partie significative de l'audience, tandis que, avec De Gaulle et Pompidou, l'ORTF devenait un instrument entre les mains du pouvoir. Devenu Chef de l'Etat, ce dernier n'hésitait pas à dire: "la radio et la télévision sont la voix de la France". Autrement dit la sienne et celle de ses puissants amis de la grande finance dont il avait été, dans une vie antérieure, le serviteur zélé.
Mitterrand avait bien tenté d'endiguer cette permanente dérive. Chirac avait été contraint de s'en accomoder: jusqu'en 2002, avant la défaite de Jospin, il n'avait pas les mains libres. Après c'est au sein de ses propres troupes qu'il rencontrait des difficultés à s'imposer.
Depuis l'arrivée aux commandes de Sarkozy il n'y a plus de dérive. C'est une vague de fond qui balaye la République de la libre expression. Le journaliste sait désormais que son avenir dépend de son comportement. Le Président peut, sans émouvoir ses confrères, s'en prendre publiquement à un directeur de quotidien (comme il l'a fait avec le directeur de Libé, pourtant très accomodant), choisir ceux et celles qui auront l'honneur de lui poser des questions à la télé et envoyer un avertissement indirect à tel éditorialiste de RTL et de Canal + qui aspirait à être admis à l'émission.
Message apparemment reçu 5 sur 5. Depuis Jean Michel Aphatie multiplie les mauvaises manières contre les représentants de l'opposition chaque fois qu'ils lui tombent sous la main et se montre très discret dans ses critiques, toujours atténuées, de bon aloi, avec les représentants de la majorité. Sauf quand il croit savoir qu'ils sont tombés en disgrâce. Nous ne pouvons soulager notre âme contestataire qu'avec quelques chansonniers à l'impertinence intacte, dans des émissions de variétés, avec les Guignols de l'info et, bien entendu, avec la lecture du "Canard enchaîné".
Nous en sommes-là. Le PS avait organisé un colloque sur le thème des libertés (même s'il a mal choisi la dimension de la salle pour traiter d'un thème relativement austère) et publié de nombreux documents qui ont servi à Bayrou pour son petit livre qui se voulait frondeur.
Ce que ne peut pas faire Sarkozy, c'est voter à notre place.
Envoyons lui notre message. En sachant que la véritable forme utile de le faire est de voter pour les propositions du Parti socialiste européen.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens