Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 17:23
Si à la sortie du Conseil National de mardi 9 juin la plupart des responsables du PS étaient parvenus à éviter les déclarations fracassantes individuelles, après qu'ils aient longuement applaudi Martine Aubry et ses propositions de travail pour les mois à venir, cet effort de discrétion et de modestie n'aura pas duré plus d'une semaine. Cette nouvelle crise de verborragie est inacceptable.
Nous avons devant nous très peu de temps:
-- pour proposer un programme cohérent en vue des élections régionales dans lesquelles nous nous trouvons dans la position de sortants,
-- pour mettre en place un fonctionnement dynamique de nos exécutifs national et départementaux,
... sans préjudice de l'ouverture de discussions avec nos alliés naturels, dont font partie les différentes composantes d'Europe écologie ( tout en notant les déclarations équivoques, inquiétantes, de Cohn-Bendit à ce sujet, qui paraissent sous-entendre qu'il se situe désormais au-dessus du clivage gauche-droite).
L'attitude logique serait de serrer les rangs autour de la Première secrétaire. Nous sommes en effet, dès à présent, doublement en campagne: à l'extérieur pour les régionales, en interne pour redonner au PS ses vraies couleurs.
Proposer des modifications aussi nouvelles et drastiques que "des primaires ouvertes", ou encore, excusez-moi du peu, un changement de sigle pour sacrifier à la mode (au fait, quelle mode?) relève au mieux du rêve, au pire de la tactique de communication destinée à faire parler de sa petite personne.
Des primaires ouvertes sont d'ores et déjà irréalisables pour les régionales. Pour 2012, on pourra éventuellement travailler sur le projet au printemps prochain. Et je serais, pour ma part, intéressé de savoir, pratiquement, de quelle manière on compte procéder. Le Parti démocrate l'a fait en Italie. On a donc une référence. Mais à mes yeux il s'agit là d'un contre-exemple. Les Italiens ont liquidé, par suicide collectif, la totalité des partis de gauche; et ils ont dans le même mouvement installé Berlusconi pour longtemps au pouvoir. On n'imite pas les Américains du jour au lendemain, et on ne trucide pas les forces de gauche sans conséqences négatives durables.
Quant à supprimer les références à "parti" et à "socialisme", je voudrais rappeler qu'aucun parti européen, membre de l'IS (à l'exception du piteux exemple transalpin) n'a changé de nom. En revanche les Espagnols, pourtant très portés depuis Felipe Gonzalez sur le réformisme le plus souple, s'intitulent toujours "socialistes ouvriers", sans que cela choque ses électeurs (38% tout de même aux européennes).
Les propositions-choc doivent être accompagnées du mode d'emploi. Et ne pas être présentées à contre-temps.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens