Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 18:06
C'est la première fois que je le fais, parce que je le crois utile:  je souhaite justifier certains de mes propos.

1 --Dans un article sur le système politique mexicain, héritage de la Révolution (1910-1929), j'ai utilisé, hâtivement  j'en conviens, le terme "cosmopolite".
Enfermé dans le langage latino-américain, qui m'est si familier, j'ai oublié un moment que ce terme peut avoir une signification bien différente dans notre univers. Chez les latinos il est opposé à celui de patriote. Au Mexique, par exemple, le "cosmopolitisme" des citoyens qui tournent le dos aux intérêts de leur pays pour servir, par exemple, l'impérialisme nord-américain, constitue une tare majeure aux yeux des hommes et des femmes de gauche.
Voilà mon explication. Elle vaut ce qu'elle vaut. Je suis pour ma part, un internationaliste.
Jean Jaurès résumait bien ma position:"un peu d'internationalisme éloigne de la patrie, beaucoup d'internationalisme en rapproche". Le cosmopolitisme, lui, est incarné par un capitalisme de plus en plus apatride.

A propos de la "mort" annoncée de Michel Rocard. Il s'agissait avant tout d'un papier d'humeur, voire de mauvaise humeur.  J'ai connu Michel en 1956 au cours d'un colloque à Rambouillet. Un jeune socialiste tellement brillant qu'il pouvait être éblouissant. Son devoir aujourd'hui, après avoir occupé toutes les hautes fonctions possibles, hormis la Présidence de la République, grâce à son talent mais aussi grâce à son appartenance à un grand parti, était de continuer de nous continuer à nous faire bénficier de ses lumières et de son expérience. Et voilà que, par deux fois, il a répondu au coup de sifflet de notre plus grand adversaire, le chef du parti de la droite.
Sarkozy ne recherche pas le consensus démocratique. Il se contente de faire DES COUPS. Celui qui à vu Rocard et Juppé venir faire les beaux, a été, je le sais, célébré par des frottements de mains et de grands éclats de rire satisfaits par Sarko et par son entourage. Personne ne peut croire que Rocard a répondu au besoin de servir la République. Il ne peut ignorer que les hommes du Président ont déjà tout décidé. Chacun, même moi depuis la Creuse, connaît les priorités dans l'utilisation des sommes que recueillera le prochain emprunt.
Rocard a donc, sciemment, médiocrement, participé à l'exécution d'un coup bas contre son propre parti.
D'où ma réaction outrée. Excessive? Je suis mauvais juge. C'était mon humeur de ce jour là.
Cela a soulagé mon mal à l'âme. Par les temps qui courent, c'est appréciable.

Antoine Blanca 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens