Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 10:25
Les Amériques de langue espagnol s'apprêtent à entrer dans une période commémorative. Historiens, journalistes et hommes politiques, (tous courants confondus) vont commémorer le vaste mouvement d'indépendance qui devait bouleverser le continent, du Rio Grande à la Terre de Feu à partir de 1810. L'année prochaine le Mexique fêtera aussi le centenaire de la Révolution initiée par Francisco Madero.
Si des figures d'origine aussi diverses que le prêtre franc-maçon Miguel Hidalgo (Mexique), ou le brillant officier espagnol José de San Martin sont dignes, parmi d'autres, de figurer en lettres d'or au panthéon de l'histoire américaine, il est incontestable que seul Simon Bolivar avait un véritable projet à l'échelle continentale.
Ce grand rêve américain devait prendre forme lors de l'invraisemblable "Congrès amphictyonique" que le Libertador réunit à Panama en 1826. Cette réunion qui avait pour ambition de fonder la Confédération des Etats latins  d'Amérique du sud, marqua au contraire la naissance des nationalismes. Et le début de la fin du héros du mouvement d'indépendance, confronté aux ambitions criminelles, aux complots médiocres d'une partie des siens. Il mourut en 1830, à Santa Marta, port de l'actuelle Colombie, dans une douloureuse solitude.

Mais l'Histoire, aussi passionnante soit-elle, ne doit pas masquer les brûlures de l'actualité.

HONDURAS: On peut se gausser à loisir sur le fait que l'on puisse s'attarder sur les événements sui secouent un si petit pays. La réalité est que le coup de force civico-militaire qui a renversé le président constitutionnelle interrompt un processus de démocratie pluraliste qui fonctionne, sans aucune exception, sur toute l'Amérique latine continentale. Comme nous l'avons écrit, c'est la première grande épreuve au niveau régionale pour le Président Obama. Il faut refuser le fait accompli, rétablir le Chef de l'Etat dans ses fonctions, lui permettre d'aller jusqu'au terme de son mandat, et tenir les élections à la date prévue.
(rappelons ce que fut, il y a quarante ans précisément ce qu'on appela "la guerre du football" entre le Honduras et le Salvador, voulue par le clan militaire salvadorien de l'époque, mais traduisant la dureté des rapport entre centre-américains, entre un pays comptant 500 habitants au kilomètre carré et un voisin, quatre fois plus vaste et trois fois moins peuplé; aujourd'hui de tels rapports entre voisins sont impensables grâce, notamment, à la démocratie et aux instances d'arbitrage tant régionale qu'internationale).

MEXIQUE: Les élections législatives ont laissé le Président Calderon sans majorité au Parlement pour appuyer sa politique. Une expérience de cohabitation va commencer pour la première fois dans l'histoire de ce grand pays de plus de 100 millions d'habitants avec 4000 kilomètres de frontière avec les Etats-Unis. Trois ans de paralysie? Impossible à concevoir alors que la guerre entre familles de narco-trafiquants fait, chaque mois, des centaines de morts, que les incidents se multiplient entre gardes frontières américains et  immigrants clandestins (les Etats-Unis ont dressé une sorte de mur de la honte entre les deux pays) et que la crise économique fait des ravages.

BOLIVAR, CHAVEZ et le VENEZUELA: Je cite l'écrivain mexicain Jorge Volpi dans un article publié dans EL PAIS et repris par "le Courrier International":"...C'est Hugo CHavezqui, plus que tout autre homme politique, s'est efforcé de ressuciter la figure de Bolivar, au point de se présenter comme sa réincarnation. Pour comprendre l'étrange régime qu'il créé au Venezuela (un mélange de démocratie, de socialisme, d'autoritarisme et de populisme), il faut étudier la manière dont il a réinterprété l'héritage bolivarien, en le contaminant d'un marxisme primaire et en l'associant à sa phobie anti-yankee...Mais, en dépit de ces tentations autoritaires, Bolivar n'a jamais  accumulé autant de pouvoir que !Chàvez. En matière de politique étrangère, le néobolivarisme de Chàvez n'est pas non plus un projet intégrateur, mais bel et bien un outil par lequel un seul pays, fort de sa manne pétrolière, tente d'influer sur des Etats vassaux..

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens