Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 16:44
Ils paraissent indémodables, comme s'ils se recyclaient naturellement. Leur capacité à occuper le haut de l'affiche ne souffre aucune affection durable. Ils sont toujours là, dans le paysage médiatique à narguer ceux qui se posent la simple question: pourquoi?
Prenons Bernard-Henri Lévy, ce play-boy à peine vieillissant de la nouvelle philosophie. Figurine de mode à faire se pâmer les dames dans les dîners en ville du 6e arrondissement, il a su, par tous les temps, rester "tendance". A condition que ce ne soit pas celle de la France d'en bas. On se souvient qu'en 1985 il signait, avec deux autres intellectuels de son acabit, un article en forme de proclamation:"Bien sûr, nous sommes résolument cosmopolites. Bien sûr, tout ce qui est terroir, bérets, bourrées, binious - bref, franchouillard ou cocardier - nous est étranger, voire odieux". Il dit "cosmopolite", non internationaliste. La distance séparant ces deux notions n'est pas mince.La première évoque pour moi l'idéologie dominante, anglo-américaine, la seconde la fraternité entre les hommes et entre les peuples.
Quant aux gens du terroir, ils n'ont certes pas toujours été des héros, mais ils sont les héritiers des Sans-Culottes, des soldats de l'An Deux, des Communards, de la Résistance et du peuple en armes qui libéra Paris en  août 1944.
Plus récemment, dans une réponse à Jean Daniel, BHL ne se retenait plus pour afficher sa dérive droitière. Le Socialisme serait appelé, inévitablement, à dépérir car il doit faire face à "un sarkozysme sûr de lui, décomplexé, idéologiquement réarmé, pugnace". Je ne peux citer tous les termes de son article, mais je considère qu'il s'agit d'une somme de contre-vérités. En premier lieu quand il demande au Socialisme de "réformer le capitalisme qui n'est plus, depuis longtemps, celui des groupes financiers nationaux", avant de se lancer dans une accumulation de termes boursiers propres à Wall-Street et à la City.
Si je me résigne à consacrer tant d'espace à BHL, ce bellâtre sans pensée articulée, c'est qu'il incarne un phénomène médiatique désolant.
Kouchner, par exemple, jouit encore d'une grande popularité basée sur l'ignorance entretenue sur sa véritable nature. On le pense humaniste, généreux, visionnaire, alors qu'il est politicard, égocentrique, affairiste. Le voilà à la tête de notre diplomatie (du moins officiellement), alors qu'il a toujours été en contradiction avec la politique de la France. Au Rwanda ou au Darfour, en Irak (il était partisan de Bush junior et souhaitait que notre pays intervienne à ses côtés), au Kosovo, où il a voulu sacrifier les Serbes, nos seuls alliés historiques dans la région.
A l'ONU, sa conception du "droit d'ingérence" est regardé, justement à mon sens, comme le droit donné aux grands de ce monde d'envoyer leurs armées rétablir "leur" ordre dans les pays pauvres. Ou croit-on que ce prétendu droit d'ingérence inclut celui d'envahir les Etats-Unis, la Chine et la Russie?
Sarkozy appartient, lui aussi, à ce monde artificiel, créé de toutes pièces pour servir la droite et les puissants. En ce mois d'août 2009, il sait pouvoir compter sur des médias dociles (et j'inclus désormais l'AFP), elles-mêmes soucieuses de plaire à ses puissants amis. Sa popularité, sans être au zénith, parvient à survivre à tous ses échecs.
Vous verrez qu'on passera vite sur la dernière annonce concernant notre déficit budgétaire: 86 milliards d'euros en juillet, 50 de plus qu'il y a un an. Ce n'est plus une dérive. C'est un effondrement.
Mais apparemment, pas pour notre vacancier du Cap-Nègre.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens