Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 17:39
Madame Alliot-Marie visite une prison. Préfet en gants blancs et grand uniforme, gardiens attentifs aux propos que la Ministre articule avec son application coutumière. Ce qu'elle dit est saisissant:
1- elle constate que les suicides se multiplient dans les centres de détention
2- elle relève que 80% des suicides se réalisent par pendaison
3- elle conclut donc qu'il est urgent de priver les détenus des outils qui permettent de mener à terme leur funeste résolution; il faut donc revoir tout cela...
Nous avons attendu en vain un mot de compassion devant ces gestes de désespoir extrême; une critique des conditions de détention, de la surpopulation carcérale, du manque de personnel qualifié...Visiblement la question n'était pas là. Il s'agit plus prosaïquement d'empêcher les candidats aux suicides de se pendre.

Bien entendu la Ministre au sourire crispé et aux châles de Haute couture vient d'hériter d'un lourd passif. Rachida Dati a laissé aller les choses au gré des humeurs sarkozyennes dont le principal objectif, en matière de sécurité et de justice, consiste à donner des gages à son électorat de droite. Il faut davantage de prisonniers sans augmenter les lieux d'accueil. On supprime les grâces présidentielles (elles permettaient, deux fois par an, d'oxygéner un peu les centres pénitenciers), et on multiplie les lois répressives. Conséquence, là où il y avait deux ou trois prisonniers par cellule, on en colle désormais huit. Un lieu de plus en plus exigu pour manger, déféquer, lire et converser. Mais Sarkozy, sachons-le, ne plaisante pas avec la délinquence
On me dit que Madame Dati est populaire et que la principale raison de cette prétendue popularité est son origine "beur". Elle a dû s'imposer, avance-t-on, par sa seule volonté, dans un environnement difficile, gagner son ascension sociale par sa seule volonté. Admettons-le. Mais cela la rend d'autant plus coupable: elle a affiché un total mépris pour la souffrance du monde dont elle est issue, étant mieux placée que personne, en exerçant pendant deux ans ses hautes fonctions, pour savoir que l'immense majorité des détenus sont issus de l'émigration. Et elle n'a strictement rien fait pour améliorer leur condition de vie, pour leur donner une nouvelle chance de sortir la tête de l'eau. Elle préférait courir les grands couturiers, fréquenter les beaux salons et les joaillers de luxe, s'installer dans son nouveau milieu bien-pensant du VIIe arrondissement. Tout en démontrant son incapacité à gérer son grand ministère. Elle s'est avéré être, en effet, un Chancellier calamiteux.

Finalement Dati est une caricature grotesque de la droite en matière de justice. Un seul Président avait donné quelques signes d'ouverture en la matière: au lendemain de son élection Giscard était allé dans une prison lyonnaise pour serrer la main, devant les caméras, d'un détenu. Il avait prononcé ensuite cette phrase que je n'oublierai pas:"la prison doit être une privation de liberté et rien d'autre".
Et puis le silence, la passivité gouvernementale. Il a aussi maintenu et fait appliquer la peine de mort car, disait-il, l'opinion n'était pas prête pour l'abolition.
Cela m'a confirmé dans mon opinion. Il ne faut rien attendre, de la part du conservantisme, en matière de droits de l'homme. Sauf à l'obliger à agir sous la contrainte.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens