Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 16:56
La chaleur étouffante qui régnait à Nîmes ce 20 août devait y être pour quelque chose: à la réunion d'Europe ecologie, les têtes avaient gonflé au point de frise l'explosion. Les responsables Verts se sont en effet donné à coeur joie, rivalisant d'imagination et de créativité dans le lancement de slogans se voulant ravageurs pour leurs alliés naturels du PS. Du style"le choix n'est plus entre socialisme ou barbarie, mais entre écologie et barbarie (José Bové)". La chaleur, toujours elle, donnait une telle soif de pouvoir que n'importe qui pouvait dire n'importe quoi.
Daniel Cohn-Bendit, lui, n'est pas n'importe qui. Et quand il semble dire n'importe quoi, il le fait en pleine connaissance de cause.
Ainsi lui qui, en juin dernier encore, traitait Bayrou de "minable", en direct sur Canal+, s'affirme à présent disposé à inclure le Modem dans une grande alliance de gouvernement. Une telle affirmation aurait fait beaucoup de bruit, si elle était sortie de la bouche d'un dirigeant socialiste. Dans celle de l'ancien soixante-huitard, cela passe comme une lettre à la poste.
Il sait bien, pour sa part, qu'il ne pourra pas longtemps mener le bal des verts à sa guise, que la mode emportera bientôt ce que la mode a apporté, que la diversité extrême des styles et des écoles de danseurs et des danseuses finira par entraîner, naturellement, une cacophonie politique et opérationnelle.
Mais pour le moment c'est lui, et lui seul, qui tient la baguette. Et il sait que le temps lui est compté.

Il appartient aux socialistes de répondre et d'agir dans la cohérence. Nous attendons autre chose que des discours. Il faut frapper sur le terrain des propositions concrètes, sur celui de l'idéologie. Et bannir l'égocentrisme, surtout quand il se manifeste de manière aussi pitoyable que dans le discours d'Arnaud Montebourg, en principe Secrétaire national à la rénovation. Commençons à rénover en le renvoyant au cabinet d'avocats d'où il n'aurait jamais dû sortir. Un grand vagabond comme lui, passé dans tous les courants de gauche ou de droite. Etant entendu que le centre, c'est sa personne...Il menace de partir? Prenons-le au mot.
Bien entendu, je ne me méprends pas sur le sérieux de la situation. On ne badine pas avec des politiciens aussi futés que Cohn-Bendit quand ils sont, pour un moment privilégié, chefs uniques et incontestés d'un courant provisoirement porteur.
Montrons-nous à la hauteur de la situation, avec tout à la fois mesure et détermination.
Les écolos n'ont ni les cadres, ni le programme susceptible de porter les espoirs d'un peuple, d'une Europe en désarroi. Je ne crains pas que ces gens-là aient la capacité de combler un vide à gauche. Ils peuvent en revanche détruire ce que les socialistes et la gauche démocratique ont mis tant de décennies à construire.
Et permettre ainsi à la droite de s'installer aux commandes pour une génération de plus.
En jouant collectif, en chassant les nombrilistes compulsifs de nos rangs, nous éviterons un tel cataclysme.
"Oui, nous le pouvons!".

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens