Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 17:03
Malgré mon patriotique souhait de voir notre pays remporter un gros marché avec le "Rafale", notre supersonique qui effectua son premier vol il y a déjà 23 ans et que nous ne sommes jamais parvenus à placer jusqu'à présent, je suis au regret de reconnaître que, comme toujours avec Sarkozy, l'effet d'annonce a prévalu sur la réalité.

Lecteur attentif de la presse brésilienne je peux observer que le voyage transatlantique présidentiel (moins de 24 heures) n'est pas regardé de la même manière à Brasilia qu'à l'Elysée. Le sentiment qui prévaut, par exemple, chez les officiers généraux et les techniciens de haut vol de l'aviation militaire du Brésil, est la stupéfaction. Suivie de colère contenue par le respect dû à l'Exécutif civil.
Les grands quotidiens de Saõ Paulo et de Rio insistent, quant à eux, sur les longs mois qui nous séparent de la signature effective des accords envisagés et, davantage encore, sur l'ampleur des transferts de technologie que leur possible conclusion entraînerait. Et de se réjouir, tout de même, de la victoire industrielle que leur grand pays remporterait dans une telle éventualité.
Tout le monde, pourtant, prend le Président Lula pour cible. Pour la plupart des commentateurs la grande puissance régionale aurait pu titer davantage profit de la situation prévalant en France, avec un Nicolas Sarkozy acculé à jouer les VRP de luxe pour justifier le déplacement, inhabituel pour un Chef d'Etat, afin de vendre un produit qui s'est révélé, pendant 25 ans, malheureusement (et injustement sans doute), invendable.
Mais il faut dire que son homologue de Brasilia se trouve aussi dans une situation délicate. A la fois au sein de la majorité parlementaire qui est censé le soutenir, et dans l'opinion publique où il vient de perdre 4 points en popularité. C'est que sa succession (à laquelle il ne peut pas, en vertu de la Loi constitutionnelle, lui-même aspirer), s'avère doublement problématique: d'une part la brillante candidate qu'il avait désigné est affectée d'une tumeur maligne qui ne l'aidera pas dans la toute prochainee campagne; d'autre part l'une de ses anciennes ministres et alliée, écologiste de talent, va s'efforcer de réduire encore sa capacité opérationnelle.
 
Pour Lula, par conséquent, l'annonce d'un important transfert de haute technologie, est particulièrement bien venu. Surtout pour l'un des grands prêtres de l'idéologie tiersmondiste...Au Brésil aussi on le soupçonne, par conséquent, d'avoir précipité une annonce encore fragile, à des fins électoralistes. Argument qu'un électeur français aura du mal à croire. Mais avec ces latins, n'est-ce pas?
Je viens de lire que notre ministre de la Défense, M.Morin, s'efforce, lui aussi, de jeter de l'eau froide sur les enthousiasmes majoritaires comme dans ceux de la presse flagorneuse. "Attention, dit-il en substance, nous n'en sommes qu'aux préliminaires. Ne vendons pas la peau..." Pardon, sommes-nous tentés de lui demander: à qui s'adresse-t-il? Cela ne peut être qu'à son patron!"

Antoine Blanca
[ce blog a consacré, il y a quelques semaines, une série de papiers au Brésil et aux prochaines élections dans cette immense pays qui, soit dit en passant, domine  déjà l'industrie aéronautique; production et commercialisation.]

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens