Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 09:55
De manière générale les Amériques, du Nord au Sud, vivent en démocratie et le pluralisme politique. Le Venezuela qui fait tant parler de lui, du fait de son importance économique et stratégique autant que grâce à la singularité de son Président, a lui-même un gouvernement résultant d'élections libres, à l'image de son Parlement et de ses Etats fédérés. Il en va de même des autres pays qui retiennent aujourd'hui l'attention de la presse internationale parce que dirigés par des majorités de gauche tout aussi singulières: le Nicaragua sandiniste, l'Equateur de Correa et la Bolivie de l'Indien Aymara Evo Morales. Tous les pays de la région, du Rio Grande à la Terre de Feu, se sont émancipés de la tutelle des Etats-Unis. Les uns presque à regret; la plupart avec des gestes de défi retenu.
Cela n'a pas été difficile: Washington a présentement d'autres priorités. Mollahs iraniens et Talibans l'inquiètent bien davantage que les provocations, toujours sans véritable conséquence, de Hugo Chavez.
Les véritables défis à la démocratie sont ailleurs:

-- HONDURAS: Le Président constitutionnel a été chassé, avant l'été, et du pouvoir et du pays par un coup d'Etat fomenté par des magistrats, des militaires et des parlementaires. Malgré les efforts déployés par la Maison Blanche -- qui a appelé à la rescousse l'OEA (Organisation des Etats américains) et sollicité un médiateur de rêve, Oscar Arias, à la fois Président du Costa Rica tout proche et Prix Nobel de la Paix -- la situation n'a pas vraiment évoluée. Le Chef de l'Etat vit toujours en exil et les élections approchant (avant la fin de l'année), la défaite des principes constitutionnels peut devenir un fait consommé. Contagieux?
Ce serait alors aussi une défaite pour tous les pays membres de l'OEA, qui avaient promis de ne plus permettre de telles atteintes à la légalité, et pour le Président Obama lui-même qui avait poussé les feux pour qu'une solution acceptable, impliquant le retour du président élu, soit trouvée.

-- El SALVADOR: si l'exercice des libertés démocratiques a permis la récente élection d'un président venu de la gauche (voir ce blog), un autre Mal majeur menace l'intégrité du petit poucet de l'Amérique centrale. Comme il menace aussi, de manière plus ou moins aigue, toutes les Amériques: le trafic des stupéfiants et les guerres de gangs qui en résultent. Je mentionne le Salvador parce qu'un photographe français y a été assassiné. Poveda venait de terminer un reportage sur une bande ("mara") qui lui avait demandé des années de travail.
Mais j'aurais pu revenir, tout aussi bien, sur la véritable guerre que se livrent au Mexique les différents "cartels". Plusieurs milliers de morts par semaine.

-- GUATEMALA: victoire éloquente du droit international. Les lecteurs de ce blog se souviennent des circonstances de l'assassinat  d'un grand avocat du pays, Me Rosenberg qui avait pris la précaution d'enregistrer une vidéo où il désignait par avance le président, sa femme et le directeur de cabinet du Palais, d'avoir commandité le meurtre. Le Guatemela vit toujours sous le choc. Mais le gouvernement n'a pas pu empêcher le travail de la "Commission internationale contre l'impunité", présidée par le magistrat espagnol Carlos Castresana, d'identifier et de faire arrêter les auteurs matériels de cette "exécution". Neuf individus appartenant à un gang travaillant à la commande. Des tueurs à gages. Malgré les protestations et les menaces émanant du Palais présidentiel, personne ne peut douter de l'authenticité du message de Me Rosenberg. Et de l'implication directe, dans l'assassinat, du Président Colom et de son entourage immédiat (que je tenais pour démocrates exemplaires il n'y a pas longtemps).
Mais il demeure qu'une intervention de la justice internationale, revêtant une telle capacité opérationnelle, intervention impensable encore hier, au Guatemala comme ailleurs aux Amériques, constitue une victoire historique dans la lutte pour la vérité et contre l'impunité.
                                       ++++++=
Les lecteurs de ce blog comprendront, j'espère, que je reprenne, de temps à autre, les chemins de l'information internationale. Pour souligner ce que les grands médias ont tendance à passer sous silence, par ignorance ou par négligeance.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens