Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 13:05
Après son élection au début des années quatre vingt, Reagan avait engagé toute la puissance de son pays dans un programme gigantesque d'armement de haute technologie: la presse l'avait surnommé "guerre des étoiles". L'URSS avait perdu alors son souffle en voulant suivre la mise. On connaît la suite...
Puisque la guerre froide était terminée, certains esprits s'étaient mis à rêver à un monde nouveau, pacifique et consacrant ses ressources économiques à réduire les inégalités à l'échelle planétaire en combattant les effroyables inégalités du sous-développement.

C'était sous-estimer la toute-puissance du lobby des armes. Dans le vaste monde mais, principalement, aux Etats-Unis. Il sut se montrer particulièrement créatif, ce sinistre lobby, aidé par des médias financièrement bien pourvus par ses soins et idéologiquement bien inspirés par des plumes mercenaires.
La machine militaire put ainsi continuer à tourner à plein rendement grâce à un sentiment généralisé de Peur, sentiment entretenu par des crises dont on sur-dimensionnait systématiquement la dimension et la portée.
Dans l'administration Bush junior, le ténébreux ( et volumineux) vice-président Cheney était lui-même le VRP de luxe du lobby, une véritable machine à fabriquer des guerres et à inventer de nouveaux "empires du Mal". Ce fut le cas de la dernière guerre d'Irak déclenchée sous un prétexte totalement fallaciieux.
C'est dans ce bourbier que doit se débattre le nouveau pensionnaire de la Maison Blanche. Il est de bien maléfiques héritages.
Irak, d'où il aura bien du mal à faire sortir son armée, Afghanistan, véritable fosse aux serpents pour occidentaux, forcément dépassés par la réalité du terrain. Tentatives du Président géorgien, Américain de cerveau et de coeur, d'impliquer ses amis de l'OTAN dans un conflit contre la Russie...La droite américaine a bien miné le terrain sous les pieds du Président démocrate.
Mais, ce qui est plus inattendu, un nouveau front, américain celui-là, apparaît aux portes mêmes des Etats-Unis. Un document officiel nous révèle que, au cours des cinq dernières années, les pays d'Amérique du sud ont augmenté, dans la proportion de 35%, leurs achats de matériel militaire. Et le vendeur ne doit pas toujours être cherché du côté de Washington. L'Europe (France, Allemagne, Royaume Uni, République tchèque) n'est pas étrangère à ce triste renouveau d'intérêt; mais c'est surtout la Russie qui fait des affaires.
Tout le monde, là-bas, invoque la nécessité de lutter, avec des moyens sophistiqués, contre le trafic des drogues. C'est la raison avancée, malgré le rejet unanime de ses voisins, par la Colombie, pour autoriser les Américains à s'installer sur leurs principales bases. Se disant menacé par son voisin, avec lequel il rompt de temps à autre les relations diplomatiques, Chavez a décidé de consacrer une partie de ses revenus pétroliers et gaziers à l'achat de missiles et d'armement lourd aux russes, du matériel aéronautique à la France etc...Le Brésil a engagé un processus avec notre pays pour se doter d'une quarantaine d'avions Rafale, le Pérou s'arme contre l'Equateur, ce dernier contre la Colombie...
Tout cela est très regrettable. Pour la sécurité des frontières de ces pays, des flotilles de gardes-côtes et quelques escadrilles d'avions de surveillance suffisent amplement. Avec quelques drones et des radars au sol supplémentaires. On n'a nullement besoin de se préparer à des guerres fraternelles avec des peuples qui parlent la même langue et qui partagent une même civilisation.
Mais que faire quand l'exemple vient de haut et quand les VRP sont des personnalités du monde politique des nations industrialisés?
La tentation devient parfois plus forte que la raison

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens