Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 19:13
C'est décidément une tradition des politiciens de la droite auvergnate: s'inviter à dîner chez des citoyens ordinaires. Sauf que, pour Giscard,  hier, cela s'inscrivait dans un choix politique (une tentative, qui s'avéra désespérée, de faire simple), tandis qu'Hortefeux a dû, lui, avaler son chapeau avec la traditionnelle chorba de rupture du jeûne musulman. Le couscous aura été difficile à digérer pour le Ministre.
Il ne pourra pas, de toute manière, rattraper sa bévue, de caractère xénophobe. Irrattrapable pour la simple raison qu'elle a  révélé le fond, mal dissimulé, de sa pensée. La vérité court toujours plus vite que l'artifice.

Rien ne réussit d'ailleurs à la majorité sarkozyste depuis l'été: des ministres, le premier d'entre eux en tête, sont désavoués ou contredits par un président qui, à son tour, ne cesse de se corriger lui-même. Avec une fausse candeur, reconnaissons-le, digne d'un comédien du Français. Il en est au point, pour brouiller les pistes, d'user avec désinvolture d'un vocabulaire gauchiste aussi surprenant que démodé.
N'en déplaise aux médias flagorneurs, le pouvoir est bien mal en point. Et cet état des choses  ne peut que s'aggraver dans les mois à venir.
 
Alors, faute de jouer la partie sur le terrain politique, on encourage les coups tordus. "Il ne faut pas que le PS relève la tête", est le mot d'ordre transmis à qui de droit par les officines élyséennes. Car la droite sait bien que seuls les socialistes ont la capacité politique et les moyens électoraux de la défier victorieusement.
Il convient, nous l'avons compris, de tout mettre en oeuvre pour tenter de discréditer ce parti. Et, simultanément, d'ouvrir en grand les portes à ses concurrents les plus directs, de l'extrême gauche aux écolos, du centre "modemien" aux dissidents potentiels du PS.
 
De notre côté Il est impératif de dessiner, de donner vie  à une riposte appropriée. En évitant, cette fois  avec sang froid, les pièges que l'on nous tend jour après jour. Front uni à gauche, esprit d'ouverture vis-à-vis des républicains de progrès, programme à la fois réaliste et audacieux à proposer à nos compatriotes désorientés.
 
Car si la droite est sur le défensive, si elle se voit  parfois contrainte de se battre le dos au mur, il n'est pas du tout avéré que l'électorat mette aujourd'hui son espoir en nous, la gauche. Le désenchantement n'engendre pas forcément une réponse positive.
Le doute est au contraire perceptible. Nos amis syndicalistes le savent bien qui ne parviennent pas à mobiliser, largement, en cette rentrée qui aurait dû être désastreuse pour ce gouvernement bafouilleur. Le désarroi syndical est bien à l'image de celui de la gauche politique. On  ne réussit pas encore à canaliser à notre profit des inquiétudes manifestes et un mécontentement diffus, mais bien réel.
 
Le chantier est donc ouvert, mais l'oeuvre de reconstruction démocratique est à peine commencée. Nous sommes un peu comme l'équipe de France de foot: capables de développer du beau jeu (comme aux municipales de Carcassonne encore dimanche dernier), nous peinons à exploiter les fautes et les incohérences de l'adversaire. Et, en dépit de beaux mouvements d'ensemble, à marquer suffisamment de buts pour assurer la victoire.
   

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens