Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 12:58
1 Municipales partielles

Carcassonne le 13 septembre, Briançon le 20, des maires socialistes succèdent à des UMP après des décennies de règne de la droite locale. Les succès se renouvellent de dimanche en dimanche depuis plusieurs mois. Seul l'électorat de Perpignan, celui de la famille Alduy plus précisément, a résisté jusqu'ici à la vague de gauche. Cette accumulation ne peut qu'avoir une signification politique à l'échelle nationale.
Le PS saura-t-il exploiter cette tendance forte? En 2010, certainement. En 2012, cela dépendra de notre capacité à nous mobiliser sans arrière pensée, massivement, pour le candidat  ou la candidate que l'élection primaire aura désigné(e) dans la plus totale transparence.

2- Amériques

CUBA:   
Dimanche 20 septembre, place de la Révolution à La Havane. Selon des chiffres donnés par des sources indépendantes, les participants au "concert pour la paix sans frontières" étaient exactement 1.150.000. Organisé par le populaire chanteur Juanes, un Colombien, le concert devait servir à tendre un pont entre Cuba et les Etats-Unis, à "ouvrir des chemins". La grande fête a duré cinq heures , avec la participation de toutes les gloires de la musique et de la chanson de l'Amérique latine: Olga Tañon, X Alfonso,  Miguel Bosé, Silvio Rodriguez, Jovanotti, Amaury Pérez, et le Chan Chan de Compay Segundo...Le blanc des guayaveras et des blouses était la seule couleur admise. "Faites l'amour, pas la haine" aurait pu être le slogan.
Le correspondant  de "El Paìs" rapporte que, voulant interroger une étudiante sur ses réactions politiques, Yoraidis lui répondit: " Oublie-moi avec la politique. Tu ferais mieux de remuer ton cul dans le bon rythme!" On jouait alors un merengue invitant à un déhanchement maximal.
A Miami, les extrémistes de l'exil avaient organisé un tout autre spectacle: la destruction, au rouleau compresseur, des disques des vedettes du concert "pour la paix sans frontière". Comme d'habitude ils n'avaient rien compris à la photo. Il y a vingt ans, après la chute du mur, ils avaient loué le plus grand stade de Floride pour célébrer la chute, jugée par eux inévitable, de la Révolution fidéliste. Ils attendent toujours.

Parallèlement, à tout petits pas, les choses avancent positivement entre Cuba et son grand voisin. Ainsi, pour la première fois depuis 46 ans une délégation officielle, de haut niveau, de l'administration américaine est venue à La Havane conclure un aaccord pour le plein rétablissement des relations postales entre les deux pays. Par ailleurs Obama a signé les décrets autorisant de nouveau les voyages familiaux, dans les deux sens, et l'envoi d'argent. La majorité des cubains de Floride exultent, ceux restés sur la grande île, applaudissent. La minorité fasciste de la "Fondation américano-cubaine" se trouve désormais bien seule.
Les brèches se multiplient dans le mur de la honte du blocus.

BRESIL:
Lula se montre très actif dans la campagne électorale qui commence. Il soutient sans retenue la candidate de son parti, le PT, Dilma Rousseff (qui paraît avoir vaincu son cancer). Hier Lula, dans un discours improvisé comme il les aime, a souligné que, pour la première fois "il n'y aurait pas de candidat de la droite troglodyte". Et c'est vrai. Avec Dilma, on note les candidatures de José Serra, gouverneur PSDB de Saõ Paulo, qui fut un dirigeant étudiant contre la dictature militaire (1964-1984); de Marina Silva, porte parole des Verts et ancienne communiste révolutionnaire; de Ciro Gomes du PSB et de Cristovam Buarque pour le PDT, parti membre de l'Internationale socialiste.
Une chose est certaine, le prochain Chef de l'Etat se situera à gauche ou au centre-gauche.

ARGENTINE:
On sait qu'en Argentine le péronisme "orthodoxe" est une affaire familiale. C'est ainsi que Mme Kirchner avait succédé à M. Kirchner à la "Présidence de la Nation". Mais depuis un an les choses vont mal pour le couple au pouvoir dont le parti, ( et Nestor Kirchner lui-même) , vient de prendre une énorme dérouillée aux législatives. La grande pauvreté gagne du terrain (23% de la population est concernée) et des chiffres officiels ont dévoilé que la famille "K" a multiplié par huit son patrimoine depuis leur entrée à la Casa Rosada (siège de la présidence).
Furieuse de se voir critiquée par les médias du groupe de presse Clarin, Cristina Fernàndez de Kirchner essaie de faire passer une loi pour limiter, de fait, la liberté de la presse...et de contre-attaquer , dans la foulée,"idéologiquement" affirme-t-elle, en faisant acheter par l'Etat les droits de retransmission des matchs de foot. "Il n'y a pas de raison que nos concitoyens les plus démunis soient obligés de payer pour voir du foot à la télé", s'est-elle écriée avec des sanglots dans la voix.
Depuis le départ d'Alfonsin, en février 1989, la politique argentine n'a cessé de s'abaisser. Elle paraissait être descendue aux enfers avec la présidence Menem. Dans le petit empire de Cristina Fernàndez elle s'est simplement stabilisée. Dans le caniveau.

Antoine Blanca 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens