Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 11:13
Aujourd'hui 1er octobre les militants socialistes français sont appelés à décider directement de l'avenir de leur parti: ouverture aux sympathisants, atteinte aux ambitions instinctivement cumulardes de leurs propres élus, création des conditions d'une nouvelle manière de vivre ensemble à gauche.
Jamais dans le passé une consultation directe interne n'aura porté sur un aussi grand nombre de thèmes. Jamais la décision prise par les institutions partisanes ne sera entrée en application avec une telle rapidité (ou précipitation), rarement les militants chevronnés ne se seront trouvés aussi désarçonnés par le décalage entre la dimension de l'enjeu et leur sentiment, justifié ou pas, d'avoir été tenus à la lisière du débat.
Même en admettant les raisons qui ont conduit les responsables nationaux à presser le pas (ne pas se payer de mots, dépasser les clivages, remettre la gauche en mouvement après une série de chocs), la base traditionnelle a du mal à reprendre son souffle. Je suis du nombre des déphasés.
 
L'enjeu sera, une fois le long dépouillement des réponses terminé, de traduire les orientations essentielles (je ne doute pas qu'il y aura une majorité de "oui" aux questions posées), en textes d'application. La responsabilité du Bureau national du PS sera alors lourdement engagée, tant le mandat qui va lui être donné sera à la fois vaste et riche en inconnues.

Malgré les sentiments contradictoires qui sont les miens, je ferai tout, pour ma part, pour que cette opération sans précédent dans la vie politique de la République, parvienne à remettre la démocratie française en mouvement, à redonner confiance au peuple de gauche. Sa participation à la définition de l'action citoyenne est essentielle.

En fait, c'est l'Europe tout entière qui paraît démobilisée. On a très peu insisté sur la désaffection massive des électeurs aux dernières consultations. Les députés de Strasbourg ont été élus par des minorités, parfois insignifiantes, des citoyens inscrits sur les listes électorales. En Allemagne même l'abstention vient de  battre un bien triste record.
J'ai la conviction que ces abstentionnistes sont en grande majorité des démocrates qui auraient pu faire pencher, en allant aux urnes, la majorité parlementaire à Strasbourg vers la gauche.
L'heure est donc au mouvement. Même s'il donne, au départ, un sentiment de bouillonement brouillon. On pourra toujours adapter, rectifier sur la marche.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens