Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 11:16

L'Armée nationale populaire (ANP) est officiellement l'héritière légitime de l'ALN qu'avait fondé la Front de libération (FLN). C'est l'histoire officielle qui le dit. La réalité est bien différente.

Entre la signature des accords d'Evian le 19 mars 1962, et la proclamation festive de l'indépendance le 6 juillet, une grande partie du pays fut livrée à la guerre des clans et son unité même mise à l'épreuve. Ce fut le "willayisme", un bras de fer entre chefs de ce qui furent les "régions militaires"de la guérilla .On se trouvait confroné à une situation anarchique. Pas d'autorité gouvernementale, pas de police unifiée, pas d'armée nationale.

Les maquisards n'avaient, du moins la majorité d'entre eux, aucune légitimité combattante (à l'exception du Chef de willaya et de son entourage immédiat). C'est que, dès 1961 les Français avaient gagné la guerre des maquis, réduits à devenir des groupes errants, à court de munitions et de vivres. Mais les masses citadines avaient pris la relève et, surtout, une véritable armée disciplinée, bien équipée et instruite à servir un Etat  moderne veillait aux deux frontières, à Oujda comme à Sakiet.

Et le maître d'oeuvre silencieux, modeste, presque transparent pour le commun des mortels de cette nouvelle  organisation était le colonel Houari Boumediène, commandant l'armée des frontières. En fait, de ce qui deviendra l'ANP.

Il arriva au milieu de l'été 62, avec ses troupes, venant de l'est et de l'ouest ou encore du Sahara. L'ordre fut rétabli partout. La nouvelle République existait enfin à l'automne 62. Ben Bella se crut pendant trois ans patron du pays. Mais le colonel ombrageux, tissait sa toile à l'ombre du grand homme.

Depuis le renversement de Ben Bella (juin 65, l'ANP gouverne le pays. Directement ou à partir des coulisses. Elle a finalement survécu à toutes les crises et à tous les drames et gagné la guerre civile contre les extrêmistes du FIS et du GIA. Avec, cette fois le soutien majoritaaire des populations.

La majorité des Algériens s'est résignée depuis à supporter la lourde tutelle, des forces armées, en échange de sa protection.

C'est pour quoi un mouvement à la tunisienne n'est pas vraiment concevable.

L'ANP sait admirablement alterner la carotte et le bâton. Il serait temps, cependant, qu'elle commence à entamer et à distribuer son immense réserve de carottes.

 

Antoine Blanca



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens