Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 10:34
BOLIVIE
Fin de grève: Pendant 48 heures le gouvernement bolivien a craint le pire. C'est que, quand les 70000 chauffeurs des transports publics se mettent en grève, le pays est, au sens propre, paralysé. Les enfants ne peuvent aller à l'école ou au collège, ni les employés et les fonctionnaires dans leurs bureaux, pas plus que les ouvriers sur leurs chantiers. Plus de mobilité pour les paysans qui veulent effectuer une démarche en ville ou, simplement, participer à un événement familial dans un village voisin.
Dans les pays andins, plus qu'ailleurs aux Amériques, toute l'activité est dépendante des transports collectifs routiers. Avec leurs carrosseries bariolées avec des peintures naïves aux couleurs vives, les autobus sont source de vie.
Mais ils sont aussi, trop souvent, source de mort. En proportion, les accidents mortels provoqués par ces engins vrombissants, fumants et bringuebalants sont cent fois plus nombreux qu'en Europe. En cause? Si le gazogène utilisé est  visiblement polluant, le carburant préféré des  chauffeurs, pisco brut ou chicha,  n'enbrume certes que les esprits; mais il a des effets déplorables sur leur conduite au volant. Conséquence: en Bolivie, ce ne sont  pas seulement les autocars qui sont bourrés.
Le gouvernement d'Evo Morales a décidé d'adopter des mesures de répression drastiques contre conducteurs et les entreprises de transport public. D'où le déclenchement de la grève.
Heureusement pour travailleurs et écoliers, un compromis est vite intervenu pour mettre un terme à ce que le ministre de l'intérieur a qualifié de "grève des poivrots". Il a suffi d'une promesse gouvernementale de "revoir à la baisse les sanctions les plus extrêmes".
Il est vrai que le syndicat des transports avait soutenu avec vigueur la candidature du Président sortant (et réélu). Cela valait bien que l'on fît un effort de part et d'autre.

CHILI
Conséquences secondaires du séisme
Aujourd'hui 11 mars devait être un jour de fête pour la droite chilienne. Leur champion, Sebastiàn Piñera entre en fonctions. Mais après le désastre qui a secoué le pays, les célébrations seront forcément discrètes. Une fête gâchée pour les conservateurs, c'est un peu de baume au coeur pour des gens comme moi.
Conséquences moins sympathique: le report de la fête de la culture hispanophone (le roi Juan Carlos 1er devait y assister) et celui du traditionnel festival de la chanson de Viña del Mar qui devait se situer dans le cadre du bi-centenaire de l'indépendance.

BRESIL
Le gouverneur de Brasilia pris la main dans le sac
Il lui sera difficile de le nier: le gouverneur de l'Etat de la capitale fédérale a été filmé et ses paroles enregistrées, alors qu'il recevait un gros pot-de-vin des mains d'un entrepreneur. Membre du même parti que José Serra, principal adversaire (centre) de Dilma Rousseff, candidate du parti de Lula (PT), il devait figurer dans le "ticket" présidentiel du gouverneur de Saõ Paulo. Il devra y renoncer et Serra, n'est pas loin d'envisager de prendre la même décision. Il serait en tout cas entré en dépression...
Qu'il se soigne donc, s'il le peut. Et nous laisse fêter la chute d'un corrompu. Et la voie mieux dégagée vers la victoire de la gauche en octobre prochain.
C'est pain béni pour la gauche brésilienne.
Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens