Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 10:38
MEXIQUE

Le président Felipe Calderòn (droite libérale) vient de frapper fort en annonçant son intention de promouvoir des changements constitutionnels fondamentaux. La Constitution de 1917, issue de la grande Révolution de 1910, se trouverait complètement chamboulée. Précisons ses principales propositions:
Le Chef de l'Etat sortant pourrait postuler à un nouveau mandat. Or la non-réelection était le principe essentiel sur lequel reposait, depuis 1929 sans interruption, la stabilité de la fédération d'Etats formant la République mexicaine.
Dans le même discours il se propose de bouleverser aussi le mode d'élection des parlementaires, la durée de leur mandat et de libéraliser davantage encore l'économie et la vie scolaire. Mettre un terme définitif, en somme, à la Révolution socialiste et laïque, déjà bien ébranlée par les derniers présidents venus du Parti révolutionnaire institutionnel (Salinas, Zelayo...).
Affaire qui mérite d'être suivie.

ARGENTINE: une visite américaine

Bien décidé à ne pas s'y intéresser, pour le moment, lui-même, Obama a chargé Arturo Valenzuela, un universitaire de gauche, d'origine chilienne, de suivre les problèmes du sous-continent. Cette personnalité a entrepris une tournée des capitales, mais a dû souffrir une sérieuse rebuffade à Buenos-Aires.
Après s'être entrtenu avec le principal ministre chargé de l'Economie, Valenzuela a fait savoir qu'il avait dû faire la leçon à son interlocuteur. Il a dit, en substance à la presse: "la dette argentine est trop importante et votre pays doit prendre des mesures pour rassurer le monde des affaires nord-américain en général et Wall Street en particulier". Ces "conseils" ont doublement déplu:
1--Parce qu'ils s'inscrivent dans la continuité de l'attitude arrogante de Washington dans sa relation avec les latinos,
2--Parce que cette dette est la conséquence de la politique débidée des gouvernements militaires des années 70 et de leur mentor en économie, Martinez de Hoz, tous soutenus avec enthousiasme par les actuels donneurs de leçons. On a peu apprécié que le nouveau pouvoir de Washington utilise le même ton traditionnellement méprisant pour s'adresser aux gens du sud.
Avec le retour à la démocratie en décembre 1983, Alfonsin s'était heurté à un mur d'incompréhension. Le FMI était resté fermé à ses appels de reconsidérer des taux d'intérêt inacceptacles (3,5% à la signature du contrat, 13% un an plus tard) destinés, de fait, à payer la politique de surarmement de Reagan (guerre des étoiles et autres dépenses pharaoniques).
Aujourd'hui c'est Arturo Valenzuela qui a dû reprendre l'avion pour Washinton sous les huées des peuples et des gouvernements latinos (à l'exception des plus serviles).

VENEZUELA et "pays bolivariens"

Chavez et ses amis n'ont cessé de faire les couloirs à Copenhague. Et ils ont eu de nombreuses entrevues avec des collègues d'autres continents. Résultat: ils peuvent désormais compter sur un front de pays réfractaires à toute imposition venue des occidentaux sans véritable consultation préalble.  "Nous, au moins, nous ne revenons pas les mains vides. Vous le verrez dès la réunion de Bonn en juin 2010", m'a lancé un conseiller du Président Chavez".
Attendons...

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens