Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 17:48

Au début du XXe siècle, l'Argentine était considérée comme le grenier à blé du monde. Au milieu des années 70 par exemple, Buenos-Aires exportait encore en URSS de quoi combler le déficit céréalier de la patrie de Lénine (entre 13 et 15 millions de tonnes par an si mes souvenirs sont exacts). On était alors en pleine dictature militaire à Buenos-Aires et, pendant que toute la gauche européenne était mobilisée par la dénonciation des crimes des Videla et Massera et consorts,  ( ces crimes allaient se révéler encore plus dramatiques que nous ne pensions), le PCF, à l'époque instruit par Moscou, nous invitait à modérer nos actions. Co-président de France-Argentine, je dus démissionner après que mon éditorial de sa revue ait été supprimé par mon camarade communiste Georges Fournial qui contrôlait l'imprimerie...

Et voilà qu'aujourd'hui la présidente Cristina Fernàndez va se voir contrainte, par l'enchérissement vertigineux du prix du pain et d'autres dérivés du blé (brioches par exemple), à établir une sorte de rationnement. Ce que l'Europe a connu en temps de guerre, mais qui, pour les Argentins, relève de la science-fiction. Alors que l'inflation a été de 25% au 1er semestre, le prix du kilo de pain a plus que doublé pendant la même période. Explication: pour éviter les taxes à l'exportation et à la consommation, les gros producteurs de céréales se sont orientés massivement vers le soja (bon rapport à l'exportation mais culture ruineuse pour les sols), et accessoiremment le seigle.

Première grande mesure prise par la "reine Cristina": interdiction de l'exportation du blé. L'urgence prime. Pour ce qui est des conséquences prévisibles sur la balance commerciale...on verra plus tard. Improvisations typiques des gouvernements péronistes.

 

Antoine Blanca


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens