Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 10:12
Construire une nouvelle capitale au centre, presque inhabité, d'un pays aussi vaste que le Brésil, relevait du défi majeur. Le Président Juscelino Kubitstchek décida d'en faire le coeur de son mandat à partir de 1955. Cinq ans plus tard Brasilia voyait le jour. Il fallait faire vite pour que le projet devienne réalité irréversible. Même si en 1960 la nouvelle capitale était encore un immense chantier. La Présidence, le presigieux Itamaraty (ministère des affaires étrangères), le Parlement étaient en fonctionnement. L'aéroport aussi. Les fonctionnaires, quel que fût leur rang, durent quitter les douceurs de Rio pour travailler au milieu des grues géantes et des bulldozers.
On était même en avance sur les prévisions. Preuve que les  Brésiliens sont capables de tout. Même du meilleur.
L'architecte Oscar Niemeyer avait imaginé un monde à la limite de l'extra-terrestre. La nouvelle ville aurait une forme d'avion stylisé. Il serait le creuset de l'unité d'un pays dont la diversité des couleurs et des origines ne fait pas obstacle à l'existence d'un profond sentiment national. Niemeyer rêvait d'un monde égalitaire dont Brasilia serait le reflet.
Depuis 1960 la capitale a continué à se développer. De manière chaotique, au gré des changements de régime (de 1964 à 1985 les militaires s'installèrent au pouvoir et le suffrage universel direct ne fut rétabli qu'en 1989), et des aléas de l'évolution économique. A la splendeur artistique et architecturale du Planalto et d'Itamaraty, ont succédé des locaux ministériels beaucoup moins prestigieux, ressemblant parfois à nos HLM des années 50.
Et puis Niemeyer, militant communiste, a dû fuir la dictature. Ses successeurs n'avaient ni sa motivation ni son génie.
Mais Brasilia, en dépit de tout, a continué de prospérer. Avec excès, débordé par sa réussite. Ce n'est plus la petite ville modèle d'un Brésil éclairant le monde, mais une cité qui continue de s'étendre.
En Europe le grand architecte a réussi d'autres rêves. A Paris il a donné au PCF, Place du Colonel Fabien, un siège désormais trop grand et trop coûteux pour l'ancien "grand parti de la classe ouvrière".
Mais l'esprit de Niemeyer continue d'être mobilisé dans la création.
Il est aujourd'hui âgé de 102 ans. Nous lui souhaitons une vie encore beaucoup plus longue. Le Brésil compte toujours sur lui.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens