Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 10:30

Le grand chahut brésilien se calme rapidement.

Chahut seulement? La signification de ces manifs sans dirigeant donnent lieu à réflexion tant elles ont éclaté comme un orage dans un ciel sans nuage. Ensemble, nous avons tenté de chercher l'erreur. Une présidente dont la compétence est appréciée par 70 à 75% des citoyens; une croissance soutenue, même si elle vient de ralentir légèrement; un taux de pauvreté réduit de moitié; une consolidation spectaculaire de la classe moyenne; une scolarisation, à tous les niveaux des études, qui ne cesse d'avancer.
Inutile de continuer sans entrer dans les plaisanteries recurrentes à propos du géant sud-américain. Genre: "le Brésil a été, est et sera toujours un pays d'avenir"...

Plus sérieusement il y a, dans les revendications confuses massivement exprimées, des choses impossibles à changer. Exemples: la restauration, agrandissement ou construction de stades en vue de la prochaine Coupe du Monde de foot. L'interdiction de la corruption par décret du pouvoir exécutif de Brasilia. La volonté d'y parvenir existe. Mais il appartient au Congrès fédéral, à ceux des Etats fédérés de rejoindre la présidente dans son effort. La Constitution l'impose. Le système est certes pervers qui ne permet pas de dégager une majorité politique cohérente. Alors on procède à des négociations contre nature, on achète quelques voix pour faire passer une loi, aussi bonne fut-elle.

Là, seul un changement constitutionnel peut modifier les choses. Dilma Rousseff l'a proposé dans son appel à la Nation.

Mais surtout les Brésiliens ne se contentent plus d'être les premiers de la classe...des pays en développement. Ils veulent désormais passer la barrière, appartenir au monde industrialisé avec tout ce que cela comporte: transports de qualité, hôpitaux bien équipés, enseignement d'excellence sans discrimination. On veut enfin avoir des élus dévoués à la population dans leur diversité politique.

Maintenant que la selecção de foot s'est qualifiée pour la finale de la Coupe des "Confédérations" (ce sera après demain), on va se donner le temps de la réflexion. Une chose est certaine: la Présidente Dilma Rousseff paraît avoir bien reçu et interprété le message de son peuple. Et, quand on fait la somme et le reste, cela va lui donner un avantage notable sur la partie de la classe politique qui privilégie le cynisme.

 

Antoine Blanca


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens