Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 10:13

La nouvelle est pratiquement passée inaperçue en France: les députés brésiliens ont décidé, à l'unanimité, de créer une "Commission de la Vérité" afin de tout savoir sur les crimes commis par la dictature militaire (1964-1985). Même si, avant d'être promulguée, elle devra être approuvée par le Sénat et par la Présidente Dilma Rousseff, son adoption définitive ne fait aucun doute.

Comme chacun le sait, le coup d'Etat déclenché par les forces armées le 31 mars 1964 avait ouvert la voie à "l'opération Condor", décidée à Washington et suivie par la CIA, opération qui avait pour but de coordonner la répression militaire dans le Cône sud (Argentine, Bolivie, Chili, Paraguay et Uruguay). En mars 1976, après la prise institutionnelle du pouvoir  par les Forces armées argentines, tout était en place dans la sous-région. Aussi la victoire électorale de l'Unité populaire au Chili (septembre 1970) détonnait-elle dans un contexte pareil. Pinochet et les siens agirent en plein accord avec ce fameux plan qui encourageait l'utilisation des méthodes les plus brutales, les plus définitives, contre "l'ennemi de l'intérieur". La première école pour tortionnaires fut ouverte au Brésil, au lendemain de l'installation de la dictature. On l'appelait, familièrement, La Sorbonne et recevait volontiers des élèves venus des dictatures-soeurs.

La démocratie brésilienne a beaucoup tardé avant d'approuver le projet de loi, mercredi dernier (à l'aube du jeudi en France), par crainte d'une réaction hostile des militaires avec lesquels le retour à la normalité républicaine avait été négocié. Aussi la nouvelle loi spécifie-t-elle ne pas remettre en cause la loi d'Amnistie générale qui excluait toute poursuite pour les faits intervenus pendant la dictature. Elle spécifie aussi que les enquêtes concerneront aussi les crimes commis en dehors du pays, dans le cadre de l'opération Condor.

La Commission comptera sept membres nommés par la Présidente Dilma Rousseff. Les membres du pouvoir exécutif et les anciens militants qui luttèrent contre la dictature ne peuvent en faire partie. La Commission pourra cependant avoir accès à toutes les archives classées "secret Défense", et accepter des dossiers remis sous condition d'anonymat par des citoyens brésiliens ou étrangers.

En bref il s'agit de tout savoir sur une douloureuse question qui ronge, depuis près d'un demi-siècle, le coeur de beaucoup de citoyens et de familles, sans pour autant ouvrir de nouveaux procès devant la justice.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens