Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 11:01

La présidente Dilma Rousseff avait ouvert la voie de la lutte sans concession contre la corruption à grande échelle qui abîmait l'image de la grande puissance sud-américaine. Le Tribunal Suprême du Brésil s'y est engouffré en décidant d'un procès sans précédent. Sur le banc des accusés: trois anciens ministres et 35 autres personnalités. Parlementaires, banquierss, et chefs d'entreprises. Parmi ce beau monde, des anciens dirigeants du Parti des travailleurs, le PT, celui qui exerce le pouvoir depuis la première élection de Luiz Inàcio Lula Da Silva en 2003. Principal inculpé, José Dirceu, longtemps homme de confiance de Lula. Mais il y aura aussi de hauts responsables  de partis ayant participé à la coalition gouvernementale pendant les deux mandats du charismatique président. Il fallait bien payer le prix d'une majorité au Congrès de Brasilia!

Lula n'est pas personnellement mis en cause. Encore moins celle qui lui a succédé, Dilma Rousseff. Cette dernière a acquis une incontestable crédibilité en procédant elle-même, à ses risques et périls, au nettoyage des écuries d'Augias, en liquidant politiquement une bonne poignée de ministres et d'autres dirigeants, réputés intouchables, de sa propre formation. Après avoir pris les rênes du pouvoir, elle n'a jamais faibli dans sa détermination.

En vérité c'est le procès d'un état d'esprit généralisé qui vient de commencer. Le Brésil et la société brésilienne se sont longtemps montrés indulgents vis-à-vis de la corruption quotidienne, la grande comme la petite. Une forme de fatalisme. "Que voulez-vous, les choses se passent comme cela ici, et nous n'y pouvons rien!". On se souvient encore de cet ancien maire, puis gouverneur de Saõ Paulo, le "turco" Maluf, qui proclamait, avant d'être  réélu triomphalement: "Je vole, je suis peut-être le plus grand voleur du Brésil, mais je réalise [des choses]!"

Bien entendu, si la Justice avait agi, si le pouvoir fédéral l'avait vraiment  voulu, il y aurait eu, dans le passé, des dizaines de procès du type de celui qui vient de s'ouvrir. Mais il est certain que l'énergique et clairvoyante Dilma a décidé d'ouvrir une nouvelle page de l'histoire de la démocratie brésilienne. On ne mettra plus la poussière sous le tapis. Et le Brésil en sortira encore plus grand.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens