Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 13:02
Sarkozy n'a jamais pratiqué le rugby, mais il aurait pu être un récupérateur de ballon opportuniste. En politique, en tout cas, c'est ce qu'il fait , même s'il a tendance à cafouiller ensuite ses passes au point de bouillasser les combinaisons mises en place par son staff.
Au début de sa présidence il a tenté de faire très fort: il s'est approprié sans vergogne la mémoire de l'héroïque lycéen communiste Guy Môquet. Il y a quelques jours c'est celle des combattants du Vercors qu'il a mobilisé au service de sa vision singulière de la notion d'"identité nationale". Assuré qu'il était, et pour cause, du silence de ces résistants de l'armée sortie de l'ombre. Ce fut un discours verbeux, interminable, essentiellement réactionnaire sur le fond. Un discours électoraliste primaire, prononcé en un lieu qui a été ainsi souillé par toute cette médiocrité.
Aujourd'hui, voilà qu'il émet le souhait présidentiel de "panthéoniser" Albert Camus. Venant de lui, cette annonce ne peut être qu'une manoeuvre tactique de plus.
Deux voix particulièrement autorisées ont d'ores et déjà rejeté, d'ailleurs cette proposition suspecte.
Il s'agit du meilleur biographe du Prix Nobel de littérature, Olivier Todd, et du propre fils de l'auteur de "L'étranger". Leur argumentation est à mes yeux solide. Et même irréfutable, irrésistible.
Si je suis de ceux qui souhaiteraient que l'anniversaire de la mort d'Albert Camus donne lieu à des débats de haut niveau, universitaires ou populaires, libres en tout cas des phaséologies pompeuses, je ne rejoins pas moins sans hésiter le camp du refus de ce projet de canonisation laïque Ces débats auront lieu sans doute aucun, et nous pourrons, en ces occasions, nous passer aisément du discours d'un Sarkozy, quel qu'en soit le rédacteur du texte.
Camus appartient au patrimoine littéraire national. Comme il appartient à l'Algérie multi-communautaire, où il est né et où il a vécu. Fils d'un ouvrier agricole et d'une Espagnole que la misère avait chassé de son île Baléar, Mahon. Aujourd'hui on dirait un Pied-Noir. Un Pied Noir du quartier populaire de Belcourt, à l'est de la capitale. Un fils de ce monde qu'une  histoire tragique a plus tard englouti. Il écrivait et militait à gauche, journaliste avant d'être romancier, footballeur enthousiaste (gardien de but du Racing universitaire ou RUA) malgré sa tuberculose déclarée. Nous aimions sa vision optimiste d'un avenir qui se présentait, pourtant, sous des couleurs bien sombres.
La dernière fois qu'il était venu à Alger, il proposa solennellement une paix pour les civils. C'était au Cercle du Progès, place du Gouvernement. Je faisais partie du groupe de protection contre une possible attaque des sbires de l'extrême droite.
Ces choses ne s'oublient pas. Comme Albert Camus ne sera jamis oublié, avec ou sans un monument dans le haut de la rue Soufflot.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens