Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 13:00
Pour le président vénézuélien Hugo Chàvez la meilleure défense reste l'attaque. Contraint d'improviser des mesures d'urgence pour faire face à une crise énergétique sans précédent (surtout dans un pays gros exportateur de pétrole), violemment pris à partie par la grande presse traditionnelle (El Universal, El Nacional) et par les stations radiophoniques et les chaînes de TV du secteur privé, il a décidé de déclencher une intense offensive médiatique sur le réseau public (Chaîne 8, télés régionales et les 73 stations de "Radio Nacional"): désormais il pourra intervenir, interrompre les programmes, et s'adresser à tous ses concitoyens à toute heure du jour et de la nuit, sept jours sur sept, sans limite de temps.
Ce type d'intervention (l'émission impromptue s'intitulera Chàvez de repente) complétera, si besoin, son allocution dominicale Alò, Presidente. Ce sera "une guérilla médiatique", destinée à frapper à tout moment afin de surprendre l'adversaire, en l'occurrence les partis d'opposition et les médias concurrents.
Tout ceci témoigne de l'extrême tension qui règne dans un pays que l'exercice du pouvoir, de plus en plus personnel, de Chàvez a profondément divisé. Ce dernier a beau s'expliquer tout à loisir sur les ondes et les journaux qu'il contrôle, nous arrivons de moins en moins à suivre son cheminement.
En un mois trois ministres ont démissionné. Et pas les moindres: celui de la Santé, l'un des piliers de la politique sociale du gouvernement progressiste, celui de la Défense (par ailleurs vice-Président), la Ministre de l'environnement. Le patron de la Banque centrale est, lui aussi, parti. Même si ces défections n'ont pas été concertées, si elles obéissent à des motifs différents, elles ne témoignent pas moins d'un certain malaise, perceptible dans l'entourage immédiat du leader charismatique.
Ce dernier devrait prendre garde: on ne dirige pas efficacement un pays de l'importance du Venezuela avec des inconditionnels et des flagorneurs. Avec la magie du verbe...et le concours des forces armées.
Chavez ajouterait sans doute: "et avec le peuple". Admettons-le. Mais qu'il évite de le priver d'électricité et d'interrompre, un peu trop souvent, les telenovelas (feuilletons télévisés) préférées des ménagères.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens