Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 16:13

En Colombie, le président J.M. Santos ne cesse de marquer des points. Et pas seulement contre les FARC. Une semaine avant la mort au combat de Alfonso Cano, leader idéologique de ce mouvement de guérilla se réclamant encore du marxisme-léninisme, le Chef de l'Etat du grand pays sud-américain avait donné un vigoureux coup de balai, sans concession, en changeant toute la direction des puissants services secrets et en procédant à leur totale réorganisation sous un sigle différent. Un geste apprécié par tous les Colombiens, contre la corruption généralisée de ce "corps d'élite", et contre la CIA et la DEA qui, de fait, en avaient le contrôle.

Les FARC sont en phase de destruction politique et militaire. Les petits chefs vont désormais s'adonner, ensemble ou séparément, au trafic de drogue, au commerce de la rançon et à d'autres activités illicites. Créée par un militant respecté, presque légendaire, Manuel Marulanda dit "Tirofijo", l'organisation n'a plus aujourd'hui de véritable objectif de lutte. Surtout pas celui de prendre le pouvoir au moyen de la lutte armée.

Mais on doit comprendre aussi que personne ne paraît en mesure de  garantir réellement la vie sauve aux maquisards qui viendraient à déposer les armes. Quand la plupart l'avaient fait,  il y a trente ans (en créant un parti légal, l'Union patriotique), ils s'étaient tous fait assassiner par des tueurs professionnels obéissant à des puissances politiques et financières (4000 morts en six mois). Le président Santos, s'il veut vraiment le retour des soldats perdus à la vie civile, doit faire davantage que des promesses.

Les succès de Santos ne signifient pas que tout rentre dans "son" ordre libéral-conservateur. Ainsi la gauche vient de remporter un triomphe électoral qui fait sensation dans toutes les Amériques: une personnalité socialiste, ancien guérilléro du M19 ( mouvement de  gauche nationaliste), va s'installer dans le fabuleux fauteuil de Maire de la capitale, Bogotà. Les Colombiens estiment en général qu'il sera, de facto, le numéro 2 de la République.

Un événement qui contribue, d'une certaine manière, à la normaisation d'un pays qui n'a jamais vraiment connu la paix depuis son indépendance.

Antoine Blanca

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens