Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 11:12

L'UMP s'est voulue, dès sa création, force de rassemblement et d'unité de la droite. Quand celle-ci exerce le pouvoir la vocation unitaire s'exprime d'autant plus facilement que le 'chef' du moment sait jouer avec habileté des faiblesses et des ambitions des hommes. M.Sarkozy a su bien gérer ce type de situation. Au cours de ses cinq ans de mandat il a neutralisé le centre, avalé les admirateurs de Villepin, conquis ceux qui se reconnaissaient comme la droite de la droite. A la fin, l'UMP n'admettait plus qu'un 'sauveur suprême', le Président de la République lui-même.

A la veille d'un vote interne décisif pour désigner le patron du Mouvement, alors que Sarkozy a été mis de côté par l'électorat, la droite n'a pu empêcher la réapparition de ses multiples visages. Bien entendu, il y aurait aussi pu y avoir une scission, au moins provisoire. Mais le nouveau système de gestion des partis les plus représentatifs a enfanté aussi d'une nouvelle logique. Le mode de financement de la vie démocratique ne facilite guère la division. Allez donc demander à Hervé Morin, ou à Jean-Louis Borloo ce qu'ils en pensent ! Ils vous répondront la même chose, ensemble ou séparément: avant de discuter idéologie, il est devenu vital de régler les problèmes de financement, de l'attribution des postes de permanents, de locaux et de bureaux, etc... Or l'UMP va tout rafler au moins jusqu'aux prochaines élections nationales. L'indépendance a un coût que les centristes n'ont pas les moyens de s'offrir.

Dans l'immédiat, à travers la compétition Copé/Fillon ce sont les deux branches classiques de la droite qui livrent combat. C'est la loi de la nature politique. L'actuel Secrétaire général de l'UMP s'est positionné comme leader du populisme droitier, celui qui lorgne sur l'électorat FN. Logiquement Fillon, lui, fait appel à la tradition du conservatisme parlementaire, celle qui aspire à une certaine respectabilité, la droite qui répugne à s'éloigner d'un "centrisme" mythique, presque insaisissable, souvent pathétique dans son impuissance. A rester proche enfin des valeurs de la démocratie chrétienne d'après guerre.

Et, c'est inévitable, la lutte entre les deux compères de l'UMP, a conduit Mme Le Pen à durcir son discours pour ne pas permettre le pillage de son patrimoine idéologique: non à l'Europe et à ses institutions, non à la monnaie unique, davantage de xénophobie, quitte à prendre le risque de se voir qualifier d'anti-sémitisme. L'élection du futur président de l'UMP produit des effets en chaîne. Pas forcément prévus ou prévisibles.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens