Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 19:00

Il est des gens qui ne supportent pas les flammes du soleil. D’autres, au contraire, ne veulent vivre que dans la pleine lumière des feux de la rampe. C’est le cas de Ségolène Royal. Il est vrai que cette dernière année a été bien pénible pour la grande duchesse du Poitou-Charentes. Battue jusqu’à l’humiliation à la primaire ouverte du PS, elle avait obtenu, en vain, d’être dispensée de barrage interne à la candidature aux législatives dans la circonscription phare qu’elle s’était choisie. Patatras. Là aussi elle avait connu une défaite d’autant plus spectaculaire qu’elle avait été surmédiatisée.

Depuis, à la demande du Président, tout le monde était sommé de plancher sur la problématique suivante : que pouvait-on offrir, d’honorable à l’ex-candidate socialiste à la présidentielle de 2007 ? La nouvelle  banque d’investissement, créée par le gouvernement dans le cadre de l’application du programme de François Hollande, a finalement offert une position acceptable  à l’élégante et complexe personnalité. Position acceptable et finalement acceptée. Mais Ségolène n’a pas tardé à faire sentir sa différence…

Au travers d’un livre qu’elle vient de publier, elle s’en prend, avant même d’avoir pris possession de son bureau, aux frais excessifs, à son sens, engagés par le nouveau patron. « Il faut donner l’exemple de la retenue, marquer la différence entre une établissement public et une société privée ». Nobles propos que nous nous hâtons de partager.

Son ouvrage, inspiré par le ‘courage en politique’’, lui donne l’occasion d’une série de vigoureuses critiques de l’action du gouvernement qui vient de la nommer. Il avancerait trop lentement et ferait preuve de trop de timidité. Il aurait fallu choisir d’autres priorités, procéder par ordonnances plutôt que d’autoriser d’interminables débats parlementaires. Elle adopte en quelque sorte le style de la tirade célèbre du meeting du Bourget pour dire ses impatiences. Quelque chose comme « moi, Présidente de la République… » Comme toute personnalité qui publie une ouvrage, elle est invitée sur tous les plateaux télé, interviewée par tous les journalistes  vedettes des stations de radio comme par ceux de la presse écrite. Silence, on tourne, tous les projecteurs sont allumés, pour un moment, la vedette blessée fait l’actualité.

Qui avait pu penser que sa discrétion aurait pu être conquise par cette maigre compensation bancaire ?

Antoine Blanca...

  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens