Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 10:09

La presse française est rarement sérieuse quand, d'aventure, elle aborde la question cubaine. J'ai entendu le célèbre Jean-Michel Aphatie (RTL et Canal+) proférer des énormités à l'égard de son invité du jour, Jack Lang, tandis que Canal+  diffusait des images de Fidel et de Raùl, souriants, à la cérémonie de clôture (du Congrès) le 19 avril. "Les derniers communistes de l'île applaudissent tandis que le peuple cubain vit dans la peur, se terre pour échapper à la répression". Cela ferait donc un demi-siècle que les cubains sont terrorisés, et vingt ans que la Révolution s'impose après la fin du communisme en Europe. Une résistance exceptionnelle, donc, à la douleur la plus atroce. Même son de cloche à France-Inter où un "débat" était diffusé hier dimanche, "opposant" un anti-castriste aguerri, prof en  Avignon, à un autre latino présenté comme animateur d'un "observatoire des transitions démocratiques". L'un et l'autre liés à la bande de Miami. Une sorte de concours sur le thème : lequel de nous deux décrira plus d'horreurs sur  un régime criminel...Tout ceci sous le regard complaisant de l'animateur de la station.


En revanche la presse espagnole s'est montrée à la fois plus intéressée et plus compétente.

Je retiendrais, pour ma part, le contenu d'une interview accordée à El Pais par l'écrivain cubain Norberto Fuentes. Un intellectuel très critique de la Révolution depuis 1989 et l'aboutissement tragique de la Causa nùmero 1 (exécution du général Ochoa et du colonel de la Guardia). "On a alors éliminé les audacieux, ceux qui ne se sont pas laissés domestiquer", dit Norberto Fuentes). Un intellectuel, on le voit, peu suspect de sympathie à l'égard du gouvernement de son pays.

Je le rappelle parce que son appréciation hautement positive des résultats du VIe congrès ne prend que plus de signification.
Pour lui, il n'y a pas de doute: il s'agit, sous l'impusion de Raùl, du début d'un processus graduel, mais irréversible et inarrêtable. "Un processus de réorganisation du pays afin de passer les rênes à une nouvelle génération. Tel est le but de ces transformations. Il ne s'agit  pas de passer, à terme,  les commandes au Vice-président José Ramòn Machado ou à des officiers de l'Armée. D'ailleurs les militaires qui sont aux commandes sont des hommes nouveaux, bien adaptés au nouveau cours qui s'organise. Raùl Castro a réussi la mise en place d'une nouvelle structure qui est déjà réalité. Il a donné le coup d'envoi à la transition dans l'ordre. La nouvelle génération n'a peur de rien".

Il précise aussi que ce qui vient de se passer à La Havane est une mauvaise nouvelle pour la  contre-révolution de Miami qui n'a rien à offrir.

 

Antoine Blanca

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens