Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 10:02

Le roi d'Espagne était bien présent à Asunciòn, en compagnie de Zapatero et de sa ministre de Relations extérieures, Trinidad Jimenez. Mais onze Chefs d'Etat manquaient à l'appel: Argentine, Brésil, Colombie, Costa Rica, Cuba, El Salvador, Honduras, Nicaragua, République Dominicaine, Venezuela et Uruguay. Une première depuis le 1er sommet ibéro-américain en 1991. Juan-Carlos 1er (encore convalescent d'une intervention chirurgicale), et son (encore) chef de gouvernement, ont eu beau téléphoner à leurs homologues, les presser de faire un effort, chacun avait un solide prétexte pour justifier son absence. Les Espagnols étaient mortifiés. Ces réunions entre hauts représentants de pays frères, ayant tant de choses en partage, donnent à leur pays une dimension universelle dont ils peuvent se prévaloir en Europe.

Il y a vingt ans le premier sommet avait été, pour Madrid et pour le Président Felipe Gonzalez, une double manifestation de solidarité avec des nations et des peuples qui, pour bon nombre d'entre eux, s'étaient libérés, depuis peu, de cruelles dictatures ou de sanglantes guerres civiles; ils avaient, en outre, beaucoup de mal à se remettre de la profonde crise qui avait secoué leur économie et déchiré leur société. Aujourd'hui la situation s'est un peu inversée. L'Amérique latine va plutôt bien, parfois très bien, en matière de croissance et de maîtrise de la dette, alors que les deux pays péninsulaires attendent, sans le dire trop fort, de sa part, une sorte de renvoi d'ascenseur.

En fait, selon moi, il ne faut pas dramatiser cet échec inattendu. Il y a beaucoup de lassitude du fait de la multiplication de sommets et de réunions internationales dont l'utilité n'est pas toujours évidente. La pratique démocratique implique aussi que l'on tienne davantage compte des sentiments d'un électorat qui regarde, souvent, d'un mauvais oeil ces coûteux voyages de leurs gouvernants. Ils préfèrent les avoir sous la main. Enfin des amis diplomates affirment discrètement que le président actuel du Paraguay, l'ancien évêque Fernando Lugo, outre qu'il n'est pas très apprécié par ses collègues du continent, n'a fait aucun effort pour manifester l'enthousiasme d'un hôte qui, pourtant, n'a que de rares occasions de recevoir.
L'an prochain le sommet se célébrera au Panama. Une occasion pour les participants de se poser la question de la convenance de maintenir le rythme annuel des réunions.

Antoine Blanca

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens