Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 11:02

Je ne suis pas de ceux qui font des procès au journalisme d'investigation, fut-ce dans ses formes les plus radicales. La ligne rouge à ne jamais franchir: la diffamation pure et simple. Edwy Plenel, ancien journaliste du Monde, devenu même quelque temps son Directeur, est l'un des fondateurs du journal en ligne Mediapart qui, après s'être lancé dans une impitoyable dénonciation du système Sarkozy, vient de décider, pour faire sans doute bonne mesure, de s'attaquer au gouvernement de gauche en s'en prenant à l'une de ses personnalités les plus compétentes et rigoureuses, Jérôme Cahuzac. Sans apporter de preuve convaincante à l'appui de ce que son rédacteur avance. Franchissant ainsi la ligne rouge mentionnée plus haut.

 

Mediapart affirme que le ministre du Budget a possédé un compte en Suisse jusqu'à sa nomination, par la majorité de droite, Président de la commission de l'Economie et des Finances de l'Assemblée Nationale (2010). Il l'aurait alors clôturé. Le journal ne fournit aucune preuve de ce qu'il avance si ce n'est, dans un deuxième temps, un enregistrement de 4 minutes au cours duquel une voix, présentée comme celle du ministre, mais que personne n'a pu reconnaître parce que presque inaudible, mentionne l'existence du fameux compte. Ce n'est pas la première fois que la diffamation est utilisée contre Cahuzac : on avait déjà émis des doutes sur le financement de son appartement parisien. L'intéressé vient d'apporter les preuves de la totale transparence de la dite opération. En revanche il ne pourra, c'est évident, apporter la preuve qu'il n'a jamais possédé* un compte dans le pays voisin. Au calomniateur de présenter les siennes.

 

Ce qui me trouble c'est le passé d'Edwy Plenel comme journaliste d'investigation. Quand il travaillait pour Le Monde, l'actuel directeur de Mediapart affirma que Manuel Noriega (alors colonel de la Garde Nationale de Panama), avait financé le PS de Mitterrand. Noriega étant un personnage sulfureux, passé maître dans tous les trafics, avant de devenir Général et dictateur**, le coup bas était évident. Or Plenel fut obligé de reconnaître que les documents sur lesquels s'appuyait son accusation étaient des faux. Le Monde mit son collaborateur à pied pendant 6 mois.Ce n'est pas un titre de gloire.

 

Curieusement ses confrères ne rappellent jamais cet épisode qui jette un doute sérieux sur le souci d'objectivité du patron de Mediapart. Excellent à l'oral (radios, télés), talentueux à l'écrit (sa plume est belle et efficace), Plenel a l'obsession du scoop. Au point d'oublier, parfois, de vérifier ses sources. D'ailleurs, cette fois, il a évité de s'impliquer personnellement.

 

Antoine Blanca

* Comment prouver que l'on n'a pas fait une telle démarche ?

** Après avoir passé 18 ans derrière les barreaux à Miami (pour trafic de stupéfiants et blanchiment), Noriega vient d'être emprisonné en France.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens