Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 11:21

Dans un pays comme un autre, ce qui vient de se passer en Israël paraîtrait normal : la crise économique et sociale, la laïcité de l'Etat, l'éducation ont été les problèmes au coeur du débat...Quoi de plus logique alors que le gouvernement Nétanyahou est à la peine pour boucler un budget d'austérité et  qu'il a dû, pour cette raison, avancer la date des élections : elles étaient en principe prévues en octobre prochain.

Mais Israël est un pays différent. Par les conditions très particulières de sa naissance en 1948 grâce à une résolution de l'assemblée générale de l'ONU ; parce que cet Etat méprise souverainement la loi internationale et agrandit arbitrairement le territoire qui lui a été accordé en 1967 ; parce que son problème principal est, à nos yeux, celui de la reconnaissance d'un Etat Palestinien et qu'il n'en a été question que marginalement dans les programmes des différents partis politiques.

Cela nous paraît un contre-sens. Les Israéliens tournent le dos à une impérieuse réalité. Cette ignorance peut leur coûter cher un jour. Elle signifie que leur électorat considère que la situation est entre bonnes mains, grâce à un bon appareil de sécurité, intérieure et extérieure, et à une armée citoyenne performante. Cette légèreté d'appréciation a de quoi nous inquiéter.


L'élection d'hier nous a cependant apporté son lot de surprises. Ainsi le parti du Premier Ministre (le Likoud, droite libérale), a-t-il sensiblement reculé. La coalition qu'il dirige perd 10 députés (l'assemblée, Knesset, en compte 120) Mais il va rester au pouvoir grâce aux partis religieux* et d'extrême droite. En revanche les candidats laïcs ont progressé, surtout le nouveau parti du centre. Le MAPAÏ (travaillistes) progresse faiblement. 


En résumé le nouveau gouvernement va dépendre davantage de l'extrémisme, ce qui n'est pas rassurant. Un pouvoir fragile, otage des principaux ennemis de la paix. Les trois années à venir s'annoncent pour le moins délicates...

 

Antoine Blanca


* Les pères fondateurs voulaient un Etat laïc et égalitaire. Nous voilà avec des ministres religieux sépharades ou askénazes, des milliardaires russes plus ou moins connus comme trafiquants...Ce n'est pas réjouissant pour ceux qui avaient applaudi à la naissance d'une nouvelle expérimentation du socialisme démocratique. L'utopie créatrice a définitivement vécu.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens