Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 09:48

Demain 11 juillet l'Espagne va tenter de gagner pour la première fois la Coupe du Monde de football. En quoi cet événement peut-il concerner un blog tel que le mien, essentiellement consacré à la politique?

Je vais tenter de l'expliquer:

Bien entendu dans un pays où ce sport prend une telle place dans la vie de tous les cercles familiaux, sociaux ou simplement amicaux, parler foot c'est, à un moment ou à un autre, parler politique. La dictature franquiste utilisait à son profit le moindre succès des équipes nationales. Son ministère de l'intérieur, dit de "Gobernaciòn", suivait de très près ce qui se passait dans les stades et les commentaires d'avant et d'après match dans le moindre bistro. Mais l'opposition clandestine ne restait pas inactive. Surtout à Barcelone et à Bilbao. Ainsi, dans la capitale du pays basque le club local, "l'Athletic", ne recrutait que des joueurs formés en Euskadi (Navarre comprise) et s'efforçait de n'aligner que des équipiers portant des noms à consonnance euskera. Si le nom du père était castillan, on obligeait le joueur à porter celui de la maman. En dernier ressort on le faisait appeler par son prénom. Basque, bien entendu. Les parties dominicales, à Barcelone ou à Bilbao, étaient aussi de grands moments d'affirmation identitaire.

Mais avec la vie démocratique, les conquêtes de droits nouveaux pour les communautés autonomes, souvent très étendus, on a tendance à dériver. Le Tribunal constitutionnel de Madrid vient de mettre solennellement le holà, par exemple, à une tentative des autorités catalanes de proclamer leur langue et leur culture comme les égales du  Castillan, pourtant seule langue officielle de la nation.

De fait, il n'existerait plus d'autorité centrale.

 

 

Avec ce qui se passe sur les terrains de foot en Afrique du sud, tout cela va sans doute se calmer. L'équipe nationale, "la Roja", ne compte pas moins de huit joueurs catalans. Et le but qui lui a ouvert la route de la finale a été marqué par un barcelonais pur jus, formé au "Barça" depuis son enfance. Joie partagée par tous les Espagnols c'est aussi fierté en partage. Fierté d'appartenance à un même peuple.

Dans le militantisme internationaliste qui m'a conduit souvent aux côtés des anti-franquistes de la clandestinité, j'ai eu de nombreuses occasions de mesurer la puissance de la contribution de Basques et Catalans au combat politique anti-fasciste. Ils ont mérité d'avoir des droits étendus dans une démocratie qui fait une part généreuse aux cultures  enrichissant le peuple hispanique tout entier.

Mais il y a une limite que certains veulent dépasser, avec la volonté affichée de remettre en cause l'unité de l'Espagne. Au détriment des travailleurs (andalous notamment) qui ont, depuis plus d'un siècle, afflué dans ces zones industrialisées, s'y sont enracinées, et ont les mêmes droits que les autres citoyens. Au fond c'est une démarche identique qui a cours dans le Nord de l'Italie ("on ne veut pas continuer d'entretenir ces fainéants de Napolitains") ou en Belgique où les nouveaux riches néerlandophones se refusent à "engraisser ces coucous de wallons".

 

Pour les Espagnols, les succès sportifs du tennisman des Baléares (région catalanophone), Rafael  Nadal, et la finale du "mundial de fùtbol" peuvent contribuer, à la veille de la grande trêve estivale, à renforcer les liens entre tous les citoyens de la péninsule.
C'est déjà une belle avancée.

 

Antoine Blanca 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antoine Blanca
  • : Blog politique dans le sens le plus étendu:l'auteur a une longue expérience diplomatique (ambassadeur de France à 4 reprises, il a aussi été le plus haut dirigeant de l'ONU après le S.G. En outre, depuis sa jeunesse il a été un socialiste actif et participé à la direction de son mouvement de jeunesse, du Parti et de la FGDS. Pendant plusieurs années il a été directeur de la rédaction de "Communes et régions de France et collaborateur bénévole de quotidiens et revues. Il met aujourd'hui son expér
  • Contact

Recherche

Liens